Une nouvelle ligne d'autocars relie désormais Bordeaux à Lyon

© Radio France

France Bleu France Bleu - il y a 30 mois

Le réseau d'autocars Starshipper ouvre vendredi après-midi une nouvelle ligne entre Bordeaux, Clermont-Ferrand et Lyon. Une alternative à l'avion, au train et au co-voiturage que l'exploitant espère rentabiliser en trois ans. Une soixantaine de passagers ont déjà réservé leur voyage pour les semaines qui viennent.

"C'est sûr, ce n'est pas cher, mais on trouve aussi des co-voiturages au même prix"   

C'est l'une des dispositions de la Loi Macron actuellement en discussions à l'Assemblée nationale ; l'ouverture à la concurrence de lignes d'autocars à travers la France ( pour l'instant, seules les lignes internationales sont autorisées). Le groupe ASTT, qui emploie 250 personnes en Gironde et en Charente-Maritime, anticipe ces changements en lançant avec les Courriers Rhôdaniens, une société ardéchoise, une ligne d'autobus Bordeaux-Lyon, sous la marque Starshipper.

C'est en fait le prolongement de la ligne de bus Lyon-Turin, ouverte en 2012. Le premier voyage a lieu vendredi après-midi au départ de la gare Saint-Jean. Il y aura ensuite un aller retour quotidien, sept jours sur sept entre les deux villes, avec étape à Clermont Ferrand. Le prix de lancement jusqu'au mois de juin a été fixé à 27 euros le voyage ; 18 euros pour Clermont.

Cette liaison, qui s'effectuera par l'autoroute, vient combler un manque, après la disparition de la ligne ferroviaire Bordeaux-Lyon.

"Certaines personnes n'aiment pas prendre l'avion parce qu'elles ont peur, d'autres trouvent que le train est trop cher et trop compliqué, d'autres encore ne veulent pas avoir recours au co-voiturage, parce qu'elles ne connaissent ni le conducteur ni le véhicule. Il y a de la place pour tous ces modes de transport. A chacun de circuler à sa façon et avec le temps qui lui convient."

— Patricia Parroy, présidente d'ASTT.

"Ce n'est pas plus long qu'en voiture ou en train" Patricia Parroy, présidente de Aquitaine Service Transport Tourisme"

Le voyage se fait à bord d'un bus de 49 places, avec toilettes, vidéos, wi-fi gratuite à bord, prises électriques et journaux et boissons à disposition. Le prix est attractif mais la contre-partie, c'est évidemment le temps de trajet : 7h15 pour rallier Lyon.

"Je me suis renseignée, et c'était marqué 5h45 pour aller à Clermont-Ferrand, alors qu'en voiture, selon les conducteurs, on met 3h et demi à 4h. Rentrer pour un week-end et faire 12 heures de bus en deux jours, c'est un peu long. C'est sûr que le prix est intéressant, mais on trouve des co-voiturages à 20 euros".

— Margot, étudiante en droit à Bordeaux

Au temps de trajet, la compagnie qui assure la ligne répond qu'elle compense par la qualité de services.

"C'est long, mais les étudiants qui le prendront auront le temps de travailler et de surfer sur Internet. Chacun pourra tenter l'expérience, mais de toute façon, par le train actuellement, que l'on passe par Paris ou par Montpellier, on est dans le même temps de trajet"

— Patricia Parroy

Trois personnes ont réservé pour le voyage inaugural Bordeaux-Lyon, une soixantaine au total pour les jours et les semaines suivantes. La société se donne trois ans pour rentabiliser la ligne.

La société Eurolines a fait savoir de son côté qu'elle était aussi intéressée pour ouvrir une ligne de bus Bordeaux-Lyon, mais qu'elle attendrait l'entrée en vigueur de la Loi Macron pour se lancer. 

Pierre-Marie gros

Source : http://www.francebleu.fr/infos/autocars/pour-27-euros-vous-pouvez-desormais-rallier-bordeaux-lyon-en-autocar-en-7h-et-quart-2103943

Partager

Laisser un commentaire :