Deutsche Bahn réagit au boom...

photo krystof kriz/ap/sipa

Les Echos Les Echos - il y a 28 mois

Deutsche Bahn réagit au boom « incroyable » de l'autocar. La compagnie ferroviaire allemande veut multiplier par quatre son offre d'autocars de longue distance, alors que le marché est en train de se consolider.

Deux ans après l'ouverture du marché, les bus de longue distance ont transporté l'an dernier 19,6 millions de passagers outre-Rhin, après 8,2 millions en 2013. « Le marché s'est développé de manière incroyable, a reconnu hier Ulrich Homburg, membre du directoire de Deutsche Bahn. Nous l'avons sûrement sous-estimé… Mais nous voulons clairement être un acteur fort sur ce créneau qui n'est pas appelé à disparaître. » Le groupe estime avoir perdu l'an dernier quelque 120 millions d'euros au profit de cette nouvelle concurrence, qu'il accuse de dumping.

Hémorragie

Pour freiner l'hémorragie, il veut multiplier son offre par quatre d'ici à la fin 2016. Actuellement, Deutsche Bahn exploite 150 autocars sur 25 lignes qui desservent 250 arrêts. Les renforcements auront lieu sur les lignes le plus demandées, comme Berlin-Brême. Par ailleurs, Deutsche Bahn, qui ne possède pas de bus et n'emploie pas de chauffeurs mais passe par des sous-traitants, va fusionner ses deux marques pour n'apparaître que sous la plus connue (Berlinlinienbus.de).

Deutsche Bahn, à qui le secteur prête une part de marché[1] proche de 13 %, ne veut pas abandonner le secteur au leader MeinFernbus. D'autant que ce dernier vient de lancer sa fusion avec le numéro deux allemand, FlixBus, portant sa part de marché à quelque 67 % ! Signe de la férocité du secteur, qui s'illustre par des prix agressifs, plusieurs acteurs ont déjà mis la clef sous la porte. City2City, la filiale du britannique National Express, a arrêté son activité. DeinBus.de a fait faillite et le club automobile Adac est sorti de sa coentreprise avec Deutsche Post, exploitant la marque Postbus.

Deutsche Bahn, qui juge à demi-mot que ce bouleversement est plus brutal que la réforme ferroviaire de 1994, ne veut pas participer à la guerre des prix, mais s'adapter aux conditions du marché. Ses dirigeants s'attendent à ce que, tôt ou tard, les prix montent et le nombre de liaisons baisse, ne serait-ce parce que ses concurrents privés ne pourront pas tenir éternellement. D'ici là, la compagnie risque toutefois de perdre davantage de clients. Elle prépare un nouveau concept de liaisons ferroviaires de longue distance.

Thibaut Madelin, Les Echos

Source : http://www.lesechos.fr/journal20150224/lec2_industrie_et_services/0204178644310-deutsche-bahn-reagit-au-boom-incroyable-de-lautocar-1096124.php

Partager

Laisser un commentaire :