Face à la concurrence du bus, Deutsche Bahn étend...

Les Echos Les Echos - il y a 29 mois

Face à la concurrence du bus, Deutsche Bahn étend son offre ferroviaire. La compagnie ferroviaire publique allemande veut étendre son réseau de 25 % d'ici à 2030.Face à la concurrence du bus, elle lance « la plus grande offensive commerciale de son histoire ».

Grèves de cheminots à répétition, prix de l'essence en chute qui favorise l'usage de la voiture, coût de l'électricité en hausse qui pèse sur ses marges, et surtout, concurrence massive du covoiturage et de l'autocar : face à des «  bouleversements profonds », Deutsche Bahn (DB) a annoncé une complète refonte de son offre qui correspond à un virage à 180 degrés par rapport à sa stratégie antérieure. «  Il s'agit de la plus grosse offensive commerciale de l'histoire » du groupe, affirme même Ulrich Homburg, membre du directoire de la compagnie ferroviaire allemande.

Après avoir passé les dernières années à supprimer des liaisons pour réduire ses coûts, au grand dam des usagers, DB veut revenir aux fondamentaux. D'ici à 2030, l'opérateur ferroviaire veut accroître de 25 % son offre de trajets longue distance en train en Allemagne. Concrètement, plus de 150 trajets supplémentaires devraient être proposés par jour et, dès 2016, certains temps de trajet considérablement réduits, avec 190 nouvelles liaisons directes entre les 50 principales villes allemandes. Les villes de plus de 100.000 habitants devront être connectées en moins de deux heures.

Réservation de siège gratuite

Outre cette extension du réseau, Deutsche Bahn veut soigner le confort de ses clients. Ainsi, l'accès wi-fi sera disponible gratuitement en deuxième classe dès 2016, comme c'est déjà le cas dans les autocars de longue distance de la compagnie MeinFernbus. Par ailleurs, la réservation de siège sur les trains de grande ligne, qui coûte aujourd'hui 4,50 euros, sera gratuite. Enfin, le prix économique débutera à 19 euros et non plus 29, comme c'est le cas actuellement.

Avec cette offensive, Deutsche Bahn veut gagner 50 millions de clients supplémentaires d'ici à 2030. Il en compte 130 millions actuellement. A plus court terme, DB veut surtout répondre à la déferlante massive de l'autocar de longue distance, que son homologue français SNCF va lui aussi vivre avec la loi Macron. Deux ans après l'ouverture du marché, les bus de longue distance ont transporté l'an dernier 19,6 millions de passagers outre-Rhin, après 8,2 millions en 2013.

Cette concurrence bon marché a coûté quelque 120 millions d'euros à Deutsche Bahn en 2014. Le groupe public a par ailleurs souffert des grèves de cheminots et d'intempéries. Au final, avec aussi la société de logistique Schenker qu'il contrôle, il a vu son bénéfice opérationnel ajusté reculer de 6 % sur un an, à 2,1 milliards d'euros, pour un chiffre d'affaires[1] en hausse de 1,5 %, à 39,7 milliards. Hier, à l'occasion de la présentation des résultats, son patron, Rüdiger Grube, a définitivement enterré son objectif de chiffre d'affaires de 70 milliards d'euros en 2020, pour le ramener à 50 milliards.

Reste à connaître l'impact financier de cette nouvelle offensive. La compagnie veut développer sa flotte de trains et investir au total 12 milliards d'euros d'ici à 2030.Dès cette année, l'endettement devrait «  sensiblement » augmenter, pour la première fois depuis 2010, et passer de 16,2 à 17,5 milliards d'euros. Pour atténuer le choc financier et se battre à armes égales avec l'autocar, Deutsche Bahn aimerait notamment payer moins cher son électricité verte, qui assure déjà 40 % de ses besoins.

Thibaut Madelin, Les Echos
Correspondant à Berlin

Références

  1. ^ Définition de Chiffre d'affaires (www.lesechos.fr)

Source : http://www.lesechos.fr/journal20150320/lec2_industrie_et_services/0204238633401-face-a-la-concurrence-du-bus-deutsche-bahn-etend-son-offre-ferroviaire-1103754.php

Partager

Laisser un commentaire :