Infrastructures de transport : la France première bénéficiaire des crédits européens

Les Echos Les Echos - il y a 22 mois

La France va obtenir 1,76 milliard d'euros de subventions européennes pour l'amélioration des transports sur la période 2016-2020, se réjouit lundi Matignon.

Champagne ! Dans un communiqué publié lundi, les services du Premier ministre expliquent que la France sera "le premier bénéficiaire" des subventions de la Commission européenne pour les "infrastructures de transport dans les Etats membres dans le cadre du Mécanisme pour l'interconnexion en Europe", dévoilées ce lundi par Jean-Claude Jüncker, le président de la Commission européenne, et Violeta Bulc, la commissaire aux Transports (voir encadré).

Avec un montant de subventions de 1,76 milliard d'euros sur la période 2016-2020, "ces financements sont une excellente nouvelle pour le pays", ajoute Matignon. La Commission européenne vient en effet de débloquer une première tranche de 13,1 milliards d’euros de fonds européens pour financer 276 projets d' infrastructures de transport[1] (voir encadré).

Quels sont ces projets français qui bénéficieront de la manne européenne ? Tout d'abord, sont cités les grands projets de transport d'intérêt européen, comme le canal Seine-Nord Europe et le ( décrié[2] ) tunnel ferroviaire Lyon-Turin mis en sommeil jusqu'ici. Mais on trouve aussi des projets de modernisation et d'extension du réseau ferroviaire et des chantiers qui visent le développement des ports (Port Calais 2015, Le Havre, Rouen, Bordeaux, Nantes, Saint-Nazaire). Sans oublier des projets relatifs à "la mobilité verte" et les nouvelles lignes de métro du Grand Paris.[3]

Réorientation de l'Europe


Après de rudes négociations avec la Commission, les eurodéputés ont validé mercredi dernier ( 24 juin) le fonds européen d'investissement stratégique (FEIS), le bras armé de Plan Juncker dévoilé en novembre 2014 qui doit susciter 315 milliards d’euros d'investissement au sein de l’Ue en soutenant des projets innovants mais peu goûtés des investisseurs privés. Le FEIS recevra 16 milliards d'euros de garanties de la part de Bruxelles et 5 milliards de la Banque européenne d'Investissement. L’effet multiplicateur attendu de cette capacité totale de 21 milliards d'euros _ chaque euro public est supposé générer 15 euros d'investissement privé; une estimation qualifiée de "prudente" par la Commission _ doit permettre de générer les fameux 315 milliards d'euros pour les investissements à long terme. Ces 21 milliards d'euros proviennent en partie du redéploiement de crédits déjà engagés, issus notamment des programmes européens cruciaux que sont "Horizon 2020" pour la recherche et l’innovation, et le Mécanisme pour l'interconnexion en Europe (MIES, ou CEF en anglais ) doté de 33,2 milliards d'euros pour co-financer des infrastructures de réseaux (transports, énergie, Très-Haut débit) dont 26,2 milliards pour les seuls transports. 

« Je me félicite de cette excellente nouvelle pour notre économie, le secteur du BTP et celui de l’ingénierie, secteur d’excellence (...). Je salue la confiance dont nous témoigne l’Europe en particulier sur les deux projets d’ampleur internationale que sont le Lyon-Turin et le Canal Seine-Nord Europe, qui se voient accorder chacun une subvention de 40% des travaux », a réagi le secrétaire d’Etat aux Transports, Alain Vidalies. Ces crédits censés « amorcer la pompe » -ils ne représentent qu'une fraction du coût global desdits projets, "vont permettre d'engager la réalisation de projets essentiels pour le développement de nos territoires et pour le report modal vers les transports les moins émetteurs de gaz à effet de serre", ajoute Matignon pour qui la proposition de Bruxelles "illustre la réorientation de l'Europe voulue par la France vers la relance économique, les investissements et la croissance".

En dévoilant ce lundi une première tanche des crédits du MIES de 13,1 milliards, la commissaire européenne aux Transports, Violeta Bulc, n'a pas dit pas autre chose : "Cet investissement sans précédent représente une contribution majeure sur l'agenda de la Commission pour la croissance et la création d'emplois. La mise en œuvre du réseau transeuropéen de transport (Projet européen TEN-T) pourrait créer jusqu'à 10 millions d'emplois et augmenter le PIB européen de 1,8 % à l'horizon 2030 ".

Jean-Michel Gradt

Source : http://m.lesechos.fr/monde/infrastructures-de-transport-la-france-premiere-beneficiaire-des-credits-europeens-021172629912.htm

Partager

Laisser un commentaire :