Voyages-sncf.com face à la concurrence des rivaux du train

Les Echos Les Echos - il y a 28 mois

L'essor des alternatives au TGV favorise le développement des comparateurs de modes de transport.Le site de la SNCF reste pour l'heure la vitrine du train, au risque de se faire grignoter son audience.


C'est entendu, le lancement cet été des liaisons par autocar permises par la loi Macron ne fait pas les affaires de la SNCF. Entre les clients qui se détourneront du TGV et ceux qui seront chipés aux trains Intercités, l'entreprise publique s'attend, selon certains experts, à perdre de 100 à 200 millions d'euros de chiffre d'affaires[1] par an. Mais l'arrivée en force de l'autocar dans le paysage des transports va également poser un problème de positionnement à Voyages-sncf.com (VSC).

Lancée en 2000, la filiale dédiée à la vente sur Internet et sur mobile, héritière du 36 15 SNCF, n'a cessé de croître, jusqu'à être aujourd'hui le leader de l'e-tourisme français, avec un volume d'affaires de 4,2 milliards d'euros l'an dernier. Pour cela, VSC a enrichi régulièrement son offre, en l'élargissant aux besoins des voyageurs avant ou après le trajet : location de voiture, réservation d'un hôtel, places de spectacle, et même séjour en croisière. Le site assume donc aujourd'hui une double mission : la vente de billets de train, son coeur de métier historique ; et une activité, beaucoup plus large, de distributeur de voyages.

Des jeunes pousses se lancent sur le marché

Ce double positionnement ne posait pas trop de problèmes tant que le TGV était hégémonique sur le marché du transport longue distance en France. Mais il va devenir de plus en plus compliqué à tenir avec la concurrence montante d'autres modes de déplacement. Face à une offre qui se diversifie, les consommateurs ne vont en effet pas manquer de chercher à comparer les horaires et les prix pour un même trajet.

Certaines jeunes pousses se sont d'ores et déjà positionnées sur ce créneau, comme l'allemand GoEuro, ou encore Kelbillet.com, qui revendique 3 millions de visiteurs par mois. Pour un trajet Paris-Lyon le 20 août, par exemple, ce moteur de recherche multi-transport recense sur la même page les possibilités de voyages en train (TGV classique ou offre low cost Ouigo), mais aussi les offres de covoiturage sur BlaBlaCar, les vols en avion, et les nouvelles lignes par autocar (idbus, Eurolines, Isilines...). Avec chaque fois les horaires et les prix correspondants. D'un clic, l'internaute est ensuite dirigé vers le site du transporteur qu'il a choisi pour acheter son billet.

Côté SNCF, une démarche pour l'heure impensable

Pouvoir comparer a manifestement un intérêt pour les internautes : selon Kelbillet, la moitié des internautes ne choisissent pas au final le mode de transport qu'ils avaient initialement recherché (lire ci-dessous). En tant que leader de l'e-tourisme, VSC aurait donc tout intérêt à proposer lui aussi ce service.

Mais cette démarche semble pour l'heure impensable pour la filiale de la SNCF, car elle supposerait de présenter sur un pied d'égalité l'offre TGV et ses concurrents directs, avec une comparaison tarifaire loin d'être toujours favorable au train. Jouer les comparateurs de transports conforterait donc l'audience de VSC, mais pourrait contribuer à saper le chiffre d'affaires de sa maison mère.

Le site compte certes un onglet pour acheter des billets d'avion, mais qui ne permet pas la comparaison avec le ferroviaire sur la même destination. Tout comme l'onglet « autocar », qui ne propose d'ailleurs que l'offre de l'entreprise publique, iDbus. La priorité de VSC reste donc clairement - pour l'instant en tout cas - la vente de billets TGV. Au risque de laisser d'autres sites, avec une offre de modes de transport plus exhaustive, grignoter sa place de numéro un du secteur.

Lionel Steinmann, Les Echos

References

  1. ^ Définition de Chiffre d'affaires (www.lesechos.fr)

Source : http://www.lesechos.fr/journal20150814/lec2_industrie_et_services/021251177934-voyages-sncfcom-face-a-la-concurrence-des-rivaux-du-train-1144340.php

Partager

Laisser un commentaire :