Les cars Macron ne font qu'une concurrence limitée à la SNCF

Les Echos Les Echos - il y a 4 mois

Les TGV sont plus exposés que les trains régionaux, selon le rapport annuel du secteur.


Depuis sa libéralisation à l'été 2015, le marché des autocars longue distance fait l'objet de nombreuses interrogations, qu'il s'agisse du taux de remplissage des cars ou de la concurrence qu'ils font subir (ou non) aux trains de la SNCF. Ces spéculations[1] sont alimentées par le mutisme des trois opérateurs encore présents sur toutes les données susceptibles d'intéresser leurs concurrents. FlixBus, Isilines et Ouibus sont néanmoins tenus de transmettre ces données à l'Arafer, l'autorité de régulation du secteur. Et le rapport que celle-ci a publié la semaine dernière sur la première année de fonctionnement du marché fourmille de chiffres éclairants.

1,2 milliard de voyageurs-kilomètre

Entre l'été 2015 et le 30 juin 2016, les cars Macron ont transporté 3,4 millions de passagers (le cap de 5 millions a été dépassé mioctobre). Ce qui représente, si l'on tient compte des distances parcourues (350 kilomètres en moyenne), 1,2 milliard de voyageurs-kilomètre. C'est à la fois beaucoup et bien peu si l'on compare avec les 94 milliards de voyageurs-kilomètre, effectués en train par les Français en 2015, sans même parler des 738 milliards de voyageurs-kilomètres en voiture particulière.

Sur près de 1 millier de liaisons dénombrées au 30 juin et desservant 193 villes sur l'ensemble du territoire, près de la moitié « n'ont pas d'alternatives directes en transport collectif terrestre », écrit l'Arafer, et permettent donc d'éviter un trajet en train avec une ou plusieurs correspondances. Ces liaisons ne sont toutefois empruntées que par 10 % des passagers.

Le gros du trafic se concentre sur les liaisons entre Paris et la province, les 3 lignes les plus empruntées étant Paris-Lille, Paris-Lyon et Paris-Rouen. La rivalité des cars Macron avec la SNCF, relève le gendarme du rail, est donc beaucoup plus nette sur les trajets assurés par les TGV et les Intercités que sur les lignes régionales.

Côté finances, les comptes du secteur s'améliorent. Les opérateurs sont plus regardants sur le lancement de nouvelles lignes et modulent les fréquences de celles existantes, ce qui a permis de faire remonter le taux de remplissage moyen des cars de 30 % à 40 % au deuxième trimestre 2016. La disparition de 2 opérateurs sur 5 a également contribué à un léger relèvement des prix et, donc, de la recette commerciale moyenne, laquelle atteint désormais 3,70 euros hors taxes par passager aux 100 kilomètres. Mais les tarifs ne devraient pas s'envoler, même si le marché devait continuer à se concentrer, du fait du développement du covoiturage. Plus que le ferroviaire, c'est le véritable concurrent de l'autocar.

Lionel Steinmann, Les Echos

References

  1. ^ Définition de Spéculation (www.lesechos.fr)
  2. ^ @lionelSteinmann (twitter.com)
  3. ^ (twitter.com)

Source : http://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/0211484326896-les-cars-macron-ne-font-quune-concurrence-limitee-a-la-sncf-2042423.php

Partager

Laisser un commentaire :