Le Val-de-Marne récompensé pour ses arrêts de bus accessibles à tous

Le Parisien Le Parisien - il y a 13 mois

Le département a reçu hier un trophée de la mobilité. Sur les 3 000 arrêts de bus, 2 100 sont adaptés aux personnes à mobilité réduite.

Vous montez dans le bus à Créteil avec une poussette mais n'êtes pas sûrs de pouvoir descendre facilement sur le trottoir à Limeil ? Votre fauteuil roulant peut emprunter la palette déployée par le bus à Villiers-sur-Marne, mais pourrez-vous quitter les transports en commun sans heurts au Plessis-Trévise ?

Ces questions essentielles de l'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite ne seront bientôt qu'un lointain souvenir pour les Val-de-Marnais. Hier, en effet, le département a reçu de la part du Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) un Trophée de la mobilité catégorie accessibilité de la voirie pour un programme unique.

Quel est le dispositif créé par le conseil départemental ?

Le département s'est fixé dès 2004 l'objectif de mettre en accessibilité les 3 000 arrêts de bus du département. Il s'agit de porter le trottoir à environ 18 cm du sol de la chaussée et de permettre le déploiement des palettes du bus pour qu'un fauteuil roulant puisse y monter. L'accessibilité est réalisée jusqu'à la traversée piétonne la plus proche. « L'action volontariste du département est récompensée parce qu'il est le seul à avoir décidé d'agir sur tous les arrêts de bus, qu'ils soient situés sur une voie départementale, communale ou même privée », vante Pierre Garzon (PCF), vice-président du département chargé des transports.

Où en est la mise en accessibilité ?

2 100 arrêts, sur les 3 000 que compte le département, sont désormais accessibles aux personnes à mobilité réduite. En 2016, 22 lignes, soit 355 arrêts, ont été mises en accessibilité ou le sont actuellement. Pour ces derniers mois il s'agit des lignes 107, 115, 120, 206, 207, 208, 308, 380, Situs 7, Strav B, K, L, N et Athis Car 8. Toutes les lignes restantes sont programmées d'ici à 2020. « Mais vu l'efficacité des services, on avance vite. Toutes les lignes du département devraient être réalisées avant, se réjouit Pierre Garzon. C'est d'autant plus important qu'un Val-de-Marnais sur trois sera, à un moment donné de sa vie, une personne à mobilité réduite, soit parce qu'il pousse une poussette, s'est cassé une jambe ou a besoin d'une canne... »

Quel budget y est consacré ?

Pour réaliser les 900 arrêts restants à mettre aux normes, le coût s'élève à plus de 10,3 M€. Le Stif y participe à hauteur de 70 %. Les travaux sont réalisés ligne par ligne, pour faciliter le message auprès des usagers. Plusieurs associations, notamment de personnes handicapées, ont déjà salué le travail du département sur cette question, regrettant que les villes avancent plus lentement sur cette question. Certaines associations, comme Mobilité en ville, participent même au jury qui décerne les Trophées de la mobilité.

Quelle est la prochaine étape ?

 La question de l'accessibilité est un enjeu de taille pour favoriser l'accès aux transports en commun. Le département s'inquiète désormais pour les années de lourds chantiers que va connaître le Val-de-Marne avec la construction du Grand Paris Express, mais aussi des tramways comme le T9. « On fera des visites de chantiers pour s'assurer que la circulation de tous est possible dans les quartiers impactés », promet Pierre Garzon.

Source : http://www.leparisien.fr/espace-premium/val-de-marne-94/le-val-de-marne-recompense-pour-ses-arrets-de-bus-accessibles-a-tous-24-11-2016-6367044.php

Partager

Laisser un commentaire :