Rentabilité des concessions autoroutières : faire consensus sur la méthode avant de faire les calcul

Arafer Arafer - il y a 8 mois

L'’Arafer publie aujourd’hui son premier rapport sur la synthèse des comptes des sociétés concessionnaires d’autoroutes pour l’année 2015, avec un éclairage particulier sur les conséquences financières, pour les années à venir, du gel des tarifs de péages décidé par le gouvernement en février 2015.

Si la loi nous a confié la responsabilité d’assurer le suivi annuel de leur taux de rentabilité interne (TRI), nous avons jugé qu’il était prématuré, dès ce premier exercice, de tenter une évaluation de cette rentabilité, faute d’une définition objective et partagée de ce fameux taux. Le sujet est complexe et explosif, comme l’ont montré les vives réactions lors de la publication du rapport de l’Autorité de la concurrence sur les autoroutes, en 2014.

Pour sortir de la polémique, nous avons décidé de privilégier une réflexion de fond afin de préciser comment évaluer ce fameux TRI. Dans cette perspective, nous avons fait appel à un cabinet de conseil spécialisé dans la régulation qui a travaillé de concert avec les services de l’Arafer et rencontré les concessionnaires concernés pour recueillir leur analyse du sujet. Notre objectif est d’aboutir à une compréhension partagée par toutes les parties prenantes, qui s’appuiera sur une consultation publique pour recueillir, au-delà des sociétés, les observations plus larges d’autres acteurs intéressés.

Mon approche, c’est la concertation. Je renouvelle mon invitation aux sociétés concessionnaires et à l’Association des sociétés françaises d’autoroutes qui les représente, à partager nos travaux dans une démarche que je souhaite constructive, avec des éléments d’analyse détaillés et étayés afin qu’ensemble, nous fassions avancer le débat.

 

Bernard Roman, président de l'Arafer

Partager

Laisser un commentaire :