OISE Bientôt une usine de bus chinoise ?

Le Courrier picard Le Courrier picard - il y a 3 mois

Illustration : Caroline Cayeux, la présidente de l’agglomération du Beauvaisis, a parlé d’un constructeur chinois de bus électrique. Et si c’était BYD? (image BYD)

Un constructeur chinois de bus électrique est venu visiter, par deux fois, le Beauvaisis.

Déjà venu une première fois en octobre, un mystérieux industriel chinois s’est rendu une seconde fois dans le Beauvaisis. Il rêve d’implanter une usine en France. Faut-il voir dans cette contre-visite un signe favorable? Si rien n’est encore signé, la présidente de l’agglomération du Beauvaisis a levé (un peu) le voile sur l’identité de cet investisseur, lors des voeux de la commune de Tillé, voisine de l’aéroport. «  Il s’agit d’un constructeur chinois spécialisé dans les bus électriques. Le patron fait des allers-retours réguliers avec la Hongrie. Je lui ai rappelé qu’on avait, à proximité, un bel aéroport qui dessert justement Budapest !  »

Le constructeur chinois BYD, leader sur les bus électroniques, vient justement d’annoncer son implantation en Hongrie pour y ouvrir un site d’assemblage, son premier en Europe. Lors d’un passage à Paris, il a également déclaré vouloir s’implanter en France. Un partenariat industriel, une usine d’assemblage ou de fabrication, plusieurs options restent ouvertes.

Et si c’étaient eux ? En novembre, le président de la chambre de commerce et d’industrie de l’Oise, Philippe Enjolras, avait annoncé qu’un partenariat, s’il venait à se concrétiser avec un mystérieux industriel chinois, pourrait permettre «  la création de 300 à 400 emplois  ».

Le Mans et Rennes également sur les rangs

Outre son aéroport, le Beauvaisis peut également mettre en avant sa politique active en matière d’énergie positive. En décembre, la communauté d’agglomération du Beauvaisis signait une convention « Territoire à énergie positive pour la croissance verte », en présence de la ministre de l’Écologie Ségolène Royal. Ils ont obtenu une subvention de 1,3 million d’euros pour acquérir, entre autres, des bus électriques.
Seulement, voilà. Le Beauvaisis n’est pas la seule à s’être positionnée. D’autres communes sont sur les rangs : Le Mans, dont le sénateur-maire (PS) s’est déplacé jusqu’en Chine, et Rennes.

Du côté de l’Agglomération du Beauvaisis, le sujet semble sensible. Pas de communication sur le sujet. Peut-être que Xavier Bertrand, le président des Hauts-de-France, qui a fait de l’emploi sa priorité, se montrera plus bavard le 25 janvier. Il rencontrera, à Lille, Jun Zhai, l’ambassadeur de Chine en France, à l’occasion du nouvel an chinois. Le moment ou jamais de développer les relations entre la Chine et les Hauts-de-France.

FANNY DOLLÉ

Source : www.courrier-picard.fr
Partager

Laisser un commentaire :