JCDecaux défend le modèle économique Vélib'

Mobilicités Mobilicités - il y a 2 mois

Illustration : Jean-Charles Decaux, président du directoire de JCDecaux. © DR

Le président de JCDecaux, Jean-Charles Decaux, a défendu, sur BFM Business, le modèle Vélib' qui couplait marché publicitaire et exploitation de vélos en libre-service. Une "ingéniosité française" qui a, selon lui, permis de créer un service de mobilité complémentaire au transport collectif sans coûter un centime aux contribuables.

"C'est un système vertueux qui a rapporté de l'argent aux contribuables", a expliqué Jean-Charles Decaux, président de JCDecaux sur BFM Business[1] le 2 mars 2017. En plein appel d'offres sur le contrat Velib', celui-ci a défendu le modèle couplé qui liait l'exploitation des vélos en libre-service avec le contrat des panneaux d'affichage publicitaires qui a permis de financer ce service de mobilité via la publicité.

"Cela a rapporté 4 millions d'euros net par an à la Ville de Paris. Nous avons créé de la mobilité sans grever les finances publiques", a insisté Jean-Charles Decaux qui assure, de son côté, que JC Decaux est à l'équilibre sur ce service. Le marché Vélib', qui avait été attribué à JC Decaux pour une durée de dix (et dix mois), prend fin le 31 décembre 2017 et devrait être attribué courant avril, tandis que le contrat publicitaire sera officiellement réattribué au groupe français fin mars pour une durée de cinq ans par un vote du Conseil de Paris.
 
Jean-Charles Decaux comprend que la Ville de Paris ait dissocié les deux marchés afin de permettre à des concurrents uniquement positionnés sur le marché du VLS de répondre à l'appel d'offres[2]. Néanmoins,  celui-ci a souligné que ce service créé via le financement publicitaire est une "ingéniosité française". "Aujourd'hui, Vélib' est un complément indispensable au transport collectif qui a trouvé sa voie de financement grâce à la technologie", a déclaré Jean-Charles Decaux.

De la pub au service de la smart city
 

Le groupe, présent dans 19 des 28 villes les plus peuplées au monde et qui travaille avec 4000 villes et 250 aéroports, développe d'autres services liés au transport. Jean-Charles Decaux a évoqué le marché de Lagos au Nigéria. Confronté à la congestion routière, le groupe français va y installer des portiques financés par la publicité qui permettront de diffuser, en temps réel, les meilleures routes et temps de parcours sur les smartphones des automobilistes.

Enfin, JCDecaux vient de remporter un prix pour ses panneaux publicitaires contextualisés aux aéroports qui diffusent, en temps réel, une information aux voyageurs sur leur vol.

Source : http://www.mobilicites.com/011-5972-JCDecaux-defend-l-ingeniosite-francaise-Velib.html

Partager

Laisser un commentaire :