Jean-Louis Chauzy : «Le défi de la mobilité en Occitanie...»

La dépêche La dépêche - il y a 9 mois

Rencontre avec Jean-Louis Chauzy, Président du Conseil économique, social et environnemental (Ceser) d'Occitanie

Quels sont les défis auxquels la région Occitanie est confrontée en matière de transports et de désenclavement ?

Le principal défi, dans une région aussi vaste que l'Occitanie, qui accueille 51 000 habitants chaque année, c'est celui de la mobilité. Sur ce territoire élargi, ouvert sur l'Espagne, la Méditerranée, l'enjeu des infrastructures de communication doit prioriser le grand Sud Ouest européen, qui, en termes de désenclavement, a été un peu oublié si on le compare à d'autres régions. Il est sous-équipé en infrastructures de transport de qualité. Il y a l'enjeu de l'interconnexion avec l'Espagne et Barcelone, les lignes à grande vitesse Bordeaux-Toulouse Toulouse-Narbonne, ou Montpellier-Perpignan, le maintien des trains Intercités. Au chapitre de l'intermodalité, pour connecter les différents réseaux de transports collectifs, notamment les lignes de tram ou les TER, il faut que les élus acceptent de créer des gares TGV comme la Mogère à Montpellier ou Manduel à Nîmes.

À Toulouse, par exemple, le projet de 3e ligne de métro est un élément majeur de réponse à la nécessité d'adaptation du système de transport collectif d'une agglomération en plein développement. Il fait sens en raison de l'interconnexion métro, tram, Linéo, ferroviaire, VélôToulouse…, d'autant que 50 % de l'emploi est hors de la métropole.

Le désenclavement passe aussi par les routes ?

Je salue l'avis favorable de la commission d'enquête sur le projet d'autoroute entre Castres et Toulouse. Le coût de 365 millions d'euros, c'est, à 30 millions d'euros près, ce que verse le groupe Pierre Fabre chaque année en salaires et en taxes dans l'économie du Tarn. Toutes les villes chef-lieu ou capitales de bassins d'emploi doivent être reliées aux métropoles ou aux grandes villes. C'est le cas pour Auch-Toulouse, Tarbes-Limoges, la portion de la RN 88 Rodez-Séverac-le-Château etc. Dans un schéma à plus long terme, il me paraît important de relier Castres à Béziers via Mazamet, ou bien connecter le bassin d'emploi de Bagnols-sur-Cèze dans le Gard, fort de 5 000 emplois, à l'A 9. .. Il faut aussi des routes sécurisées pour l'économie de la région Occitanie qui, en France, fait partie de celle qui crée le plus de richesses. Il en va aussi de l'équité des territoires par rapport aux métropoles.

Il y a la mobilité des hommes, mais aussi celle des marchandises ?

Il faut construire un schéma régional de l'intermodalité logistique et du fret afin de soutenir le développement de nouvelles offres de transport multimodales, accompagner la transformation de la chaîne logistique des entreprises. Il faut dégager des sillons pour le ferroutage, investir pour valoriser notre nouvelle façade maritime, connecter nos ports et nos zones de chalandises. Dans notre région de 6 millions d'habitants, dont 550 000 demandeurs d'emploi, les investissements sont créateurs de richesses et de travail. Ils participent au défi de la cohésion économique et sociale.

Tous ces projets posent la question des financements dans un contexte ou les budgets de l'État ou des collectivités sont souvent très tendus ?

Les finances publiques, des collectivités comme de l'État, étant limitées, il faut aussi se poser la question de modèles financiers innovants. Comment, par exemple, financer la LGV Bordeaux-Toulouse d'un coût de 7 milliards d'euros, voire d'autres importantes infrastructures de transport ? L'objectif est de proposer un modèle financier soutenable intégrant des évolutions récentes, telles que le Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS), opéré par la Banque européenne d'investissement (BEI) ; ou encore le modèle de la Société du Grand Paris avec des collectivités qui perçoivent des recettes dédiées leur permettant de recourir à des emprunts de très long terme et l'intervention de fonds souverains étrangers. Ces investissements sont essentiels à l'attractivité, à la mobilité durable et la mise en réseau des métropoles, des villes et des bassins d'emploi irrigués, dans une dimension interrégionale et européenne.

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2017/03/08/2531676-jean-louis-chauzy-le-defi-de-la-mobilite-en-occitanie.html

Partager

Laisser un commentaire :