Des temps d’attente pouvant être divisés par deux

Actuellement, ce réseau nocturne compte 48 lignes avec une desserte continue entre 0h30 et 5h30 toutes les nuits de la semaine. Et ce, le long des principaux axes ferroviaires. Selon la région, 8,9 % des déplacements s’effectuent le samedi et la part des déplacements liés aux loisirs en soirée reste importante. Entre 21h et 4h, 75 % des déplacements relèvent en effet du cadre domicile-loisir. Ils sont d’ailleurs 41.000 à voyager avec le Noctilien chaque nuit du week-end, conte 27.500 à la semaine. Et les usagers vont pouvoir prochainement pouvoir profiter d’une offre plus large.

Afin d’harmoniser les horaires et les cadencements, la région va effectivement renforcer en mai 2017, le passage des bus sur les 11 lignes de grande couronne les plus fréquentées et traversant Paris. Puis cinq autres au courant de l’été. Par exemple, en semaine et week-end, certains bus passeront toutes les 30 minutes au lieu de toutes les heures. Puis, début 2018, toutes les autres lignes seront renforcées dans ce sens avec des temps d’attente pouvant être divisés par deux. A noter enfin, que de nouvelles dessertes vont également être créées.

En 2019, 20 lignes – essentiellement en grande couronne - vont compléter ce maillage francilien. Principalement dans le nord et l’ouest de l’Ile-de-France. Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France et du syndicat régional des transports (Stif), s’en félicite.

« Travailler ou rentrer à n’importe quelle heure »

« Parce que les Franciliens doivent pouvoir aller travailler ou rentrer chez eux à n’importe quelle heure, en toute sécurité, nous mettons en place un plan massif de renfort du Noctilien, comme je m’y étais engagée durant la campagne électorale. Ce seront des bus sécurisés qui remplaceront la nuit l’offre RER et Transilien », explique celle qui a récemment présenté différentes mesures sur la sécurité dans les transports en commun de la grande couronne.

Romain Lescurieux