C’est quoi ?

OPnGO est une toute jeune application lancée d’abord en juin 2016 en région parisienne. Elle est déployée depuis peu sur une quinzaine de parkings souterrains de Marseille. Avec cette application, les Marseillais ont désormais la possibilité de réserver une place de parking tout en bénéficiant d’une réduction pouvant aller à 30 %. En renseignant sa plaque d’immatriculation sur l’application, on peut également entrer et sortir de ce parking sans ticket. « Grâce à l’application, l’automobiliste peut se présenter et sa voiture sera reconnue, précise Arnaud Parfait, directeur des opérations chez OPnGO[1]. La barrière s’ouvre toute seule, et le règlement se fait automatiquement. ». Dans certains parkings, il est également possible de faire un remake moderne du célèbre « Sésame, ouvre-toi », puisque, grâce à la Bluetooth, il sera possible de faire lever la barrière d’un simple clic.

Comment ça marche ?

La réservation des places se fait via l’application, disponible gratuitement sur l’Apple Store et le Play Store. L’application indique en temps réel le nombre de places disponibles. La réservation des places peut se faire de 72 heures à une demi-heure à l’avance. Et si besoin, cette durée peut être prolongée à distance. Le paiement, quant à lui, se retrouve dématérialisé. En rentrant ses coordonnées bancaires, le règlement s’effectue par prélèvement.

C’est où ?

La quasi-totalité des parkings Indigo ont signé un partenariat avec l’application. Mais, outre ces parkings « classiques », OPnGO englobe des stationnements un peu plus surprenants, privés et publics. Ainsi, l’application permet de réserver à Marseille dans le parking d’un hôtel, en l’occurrence, l’Ibis de Bonneveine. A termes, Arnaud Parfait prévoit le déploiement de l’application à « Avignon, Aix-en-Provence ou encore Salon-de-Provence ».

Quel intérêt pour les propriétaires de parking ?

Vendre des places 30 % moins cher alors que le client pourrait payer plein pot ? La démarche peut étonner. « On a souvent des places inoccupées : les gens viennent en taxi, en bus, et l’hôtel n’est pas toujours complet, confie Claire Thomas, directrice de l' hôtel Ibis de Bonneveine. » Avec ce système, l’hôtelière peut désormais dégager un revenu supplémentaire. « On veut éviter l’ubérisation de notre métier. Avec OPnGo, on en a la maîtrise », abonde Pierre Bonnabaud, directeur régional Sud-Est d' Indigo.

Mathilde Ceilles