Les cars d'Isilines ne s'arrêteront plus à Auxerre

L'Yonne Républicaine L'Yonne Républicaine - il y a 3 mois

Illustration : Le dernier car rouge d'Isilines partira de la gare des Migraines, à Auxerre vendredi, à 11 h 30. 28/03/2017. Photo Jeremie Fulleringer © Jérémie FULLERINGER

Isilines avait été le premier à l'été 2015 à lancer des autocars entre Auxerre et Paris. La compagnie vient de décider de se recentrer sur Dijon. A compter du 1er avril, les cars rouges ne s'arrêteront plus à Auxerre.

Libéralisé par la loi Macron à l'été 2015, le secteur des voyages par autocar a permis à six millions de personnes de choisir en 2016 ce mode de transport; 17% d'entre eux n'auraient pas voyagé sans cette opportunité. Pour autant, le marché est loin d'avoir atteint sa maturité. Entre les opérateurs, la concurrence est rude. Si deux ont disparu courant 2016, avalés par leurs concurrents, les trois sociétés  - Flixbus, Isilines et Ouibus - n'ont pas encore atteint leur seuil de rentabilité. Et si les ajustements sont permanents comme sur la ligne desservant Auxerre, les stratégies des uns et des autres divergent.

  • Isilines (service communication) : « Nous avons décidé de nous recentrer sur Dijon où nous avons une très forte demande pour Paris et Lyon. Par ailleurs, Isilines/Eurolines dispose d’un bureau de vente, implanté à proximité de la gare de Dijon. Nous allons donc tout mettre en œuvre pour mieux satisfaire notre clientèle. Mais, en raison de la souplesse du transport en car, il n’est pas dit que nous ne reviendrons pas à Auxerre. Nous essayons avant tout d’ajuster l’offre au plus près de la demande. »
  • Flixbus (Yvon Lefranc-Morin, directeur général de Flixbus France)  : « La liaison Dijon-Auxerre-Paris marche très bien et nous donne satisfaction. Il faut dire que notre offre est complète, à raison de trois départs quotidiens d’Auxerre et de cinq retours au départ de Paris (...) Le marché des autocars grandes lignes est encore super jeune ; il n’a pas encore deux ans. Et n’est pas arrivé à maturité. Mais je suis confiant. On estime que l’ensemble de notre réseau sera rentable en 2018. On en est donc plus très loin (...) C’est en remplissant davantage nos cars que nous y parviendrons (selon Flixbus, le taux de remplissage moyen  a atteint 60 % en 2016 en moyenne, NDLR). Bien entendu, depuis le lancement des lignes avec des prix d’appel à 1 €, les tarifs ont augmenté. Mais même s’il est tentant de majorer le prix des trajets, je ne crois pas que ce soit la solution. Si les prix sont trop hauts, nos clients se tourneront vers d’autres moyens de déplacement, à commencer par le covoiturage. Il faut donc doser les augmentations et toujours être en adéquation avec la demande, améliorer la fréquence des cars et diversifier les dessertes. C'est la recette du succès ».

Isilines va faire disparaître la ligne B, Paris-Lyon, (en jaune sur la carte ci-dessous et passant par Auxerre), pour privilégier la ligne W, Paris-Toulon.

Selon Arafer, la liaison Lyon-Paris est la deuxième liaison d'autocar la plus empruntée au quotidien, après Lille-Paris, en 2016.

Source : http://www.lyonne.fr/auxerre/economie/transport/2017/03/29/les-cars-d-isilines-ne-s-arreteront-plus-a-auxerre_12341068.html

Partager

Laisser un commentaire :