Des usagers interpellent la Région sur l'état du réseau ferroviaire en Auvergne-Rhône-Alpes

La Montagne La Montagne - il y a 5 mois

Illustration : Les usagers demandent notamment qu’un service minimum soit assuré durant les périodes de travaux Photo d’archives Pierre Hébrard © Pierre HEBRARD

Réseau TER, Cévenol, coupures de service pendant les travaux : un collectif d’usagers indépendants affiche son ras-le-bol et demande à la Région Auvergne-Rhône-Alpes de jouer son rôle.

Six collectifs ou associations d’usagers indépendants du transport ferroviaire en Auvergne se sont regroupés afin de coordonner leurs demandes et d’interpeller la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Leurs représentants, venus de Haute-Loire ou de l’Allier, se sont réunis samedi à Clermont-Ferrand afin de faire part de leur ras-le-bol et d’être, enfin, entendus. Alors qu’une photo de Laurent Wauquiez bâillonné trônait dans la salle, Jean-Pierre Brenas, conseiller régional, a assisté aux débats pour représenter le président du Conseil régional et apporter quelques réponses.

Les revendications

Ces usagers demandent notamment qu’un certain nombre de lignes, aujourd’hui assurées par des bus (Clermont-Brive, Clermont-Le Mont-Dore par exemple) ou fermées, soient rouvertes rapidement au train pour un meilleur service.

Ils souhaitent aussi que la région incite la SNCF a ne pas effectuer de coupures durant les travaux sur les voies.

« Nous demandons un service minimum pour le pas déshabituer les gens à prendre le train », explique Marc Gouttebroze, du collectif du Haut-Allier.

Sur le réseau TER et sur le Cévenol (Clermont-Nîmes), qui retient tout autant leur attention, ces usagers aimeraient que les estimations de travaux de la SNCF ne soient pas les seules sources de la région. « Des estimations indépendantes sont bien inférieures », ajoute Marc Gouttebroze.

Les travaux programmés

Pour sa part, Jean-Pierre Brenas a rappelé que la SNCF estimait à 765 M€ les travaux à effectuer sur dix ans dans la région sur 830 km de lignes dont 520 en Auvergne.

Il a indiqué que le contrat de plan Etat-région avait été porté à 200 M€, dont 111 pour la région, et serait abondé de 64 M€ supplémentaires en 2018. 75 M€ de travaux (43 pour la région) sont programmés dès 2017, notamment pour la ligne Le Puy-Saint-Etienne (qui sera coupée du 10 avril au 10 décembre) ainsi que sur les tronçons Brioude-Langogne et Montluçon-Commentry.

Concernant le Cévenol, qui passera sous l’autorité de la région Occitanie au 1er janvier prochain, 3 M€ de travaux (dont 1,8 pour la région) sont engagés sur 2017 pour le tronçon Brioude-Langogne, et entraîneront la fermeture de la ligne du 2 mai au 23 juin.

« Puis une autre phase de travaux de 13,8 M€ (8,9 pour la région), consacrée à la modernisation de la gare de Brioude et la poursuite de la rénovation de la voie, est prévue en 2018, sous réserve d’accord de cofinancement de l’Etat ».

Nouvelle convention avec la SNCF à contractualiser

Sur les substitutions en bus proposées durant les travaux par la SNCF et qualifiée d’« indécente » par les usagers, l’élu régional ne se prononce pas. En revanche, il assure avoir entendu ses interlocuteurs au sujet des rapports à changer avec la SNCF.

« Cela va être le cas. Nous contractualisons une nouvelle convention avec la SNCF fixant des engagements en termes d’amélioration de la ponctualité, assortis d’un dispositif pénalités/malus, et un référentiel qualité avec suivi. »

Suffisant pour rassurer les usagers ? « En tout cas, vous aurez des réponses à vos questions », ajoute Jean-Pierre Brenas, alors que celles-ci étaient restées jusque-là lettres mortes. 

Patrice Campo

Source : http://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand/transport/2017/04/03/des-usagers-interpellent-la-region-sur-l-etat-du-reseau-ferroviaire-en-auvergne-rhone-alpes_12348065.html

Partager

Laisser un commentaire :