La concurrence dans les transports urbains en 2015 et sur dix ans

UTP UTP - il y a 5 mois

Chaque année, depuis 2005, l’UTP étudie les évolutions du marché du transport urbain français en suivant les appels d’offres et les changements de mode de gestion de ses réseaux adhérents.

1 changement d’opérateur sur 7 procédures d’appels d’offres en 2015
L’UTP recense :
  • 7 procédures d’appels d’offres qui ont donné llieu à 1 changement d’opérateur, soit près de 14 % de changements d’opérateur ;
  • 90 % des réseaux gérés en gestion déléguée.
27 % de changements d’opérateur sur dix ans
Sur l’ensemble des appels d’offres passés sur le marché français depuis 2005 , 27 % ont été l’occasion d’un changement d’opérateur.
Soit 46 réseaux sur 169 appels d’offres et, ce, quelle que soit leur catégorie (mesurée en nombre d’habitants desservis).

Par ailleurs, l’UTP note que 13 réseaux adhérents ont changé de mode de gestion sur la même période :
  • 12 réseaux exploités en délégation de service public (DSP) sont passés en mode de gestion directe;
  • 1 réseau est passé de la gestion directe à la gestion en DSP.

"Dans tous les cas c'est le droit français qui s'applique et la convention collective du secteur comme socle des relations du travail, avec un transfert du personnel également garanti par la loi. Lorsque l'agglomération a connu une extension importante de son périmètre, comme c'est presque toujours le cas, les autocaristes jouent un rôle clé : leurs activités complètent, renforcent l'offre urbaine avec laquelle elle entre en cohérence, ceci garantit pour les contrats de sous traitance (eux même conclus après appel d'offres). Il arrive que les entreprises du TRV soient même associées à l'offre globale", commente Eric Ritter, Directeur général de Réunir.

La concurrence s’inscrit dans un contexte international.
11 réseaux français sont exploités par des opérateurs liés à des groupes de transport européens.

Parallèlement, depuis près de vingt ans, les entreprises françaises de transport public exportent leur savoir-faire hors de France et y réalisent dorénavant une part importante de leur chiffre d’affaires.

Données prévisionnelles pour 2016
  • 1 réseau devrait passer de la gestion déléguée à la gestion directe. L’AOM a voté le principe du passage en Régie-EPIC pour une mise en place effective le 1er janvier 2016;
  • 1 réseau devrait passer de la gestion directe à la gestion déléguée

Pour en savoir plus : utp.fr

Partager

Laisser un commentaire :