Comment la SNCF veut remplir durablement ses trains TER

20 Minutes 20 Minutes - il y a 6 mois

Illustration : Alsace: Comment TER Grand Est veut remplir ses trains (Archives) — G. VARELA /20 MINUTES

La direction de TER Grand Est veut augmenter la fréquentation de ses trains et améliorer la qualité de service aux usagers.

Chaque jour, 165.000 personnes voyagent dans l’un des 1.676 trains régionaux du réseau TER Grand Est. Et pourtant, la fréquentation n’est pas, depuis quelques années, à son meilleur niveau. Bien que sur ce point et par rapport aux chiffres nationaux, ça va mieux sur le réseau Grand Est, où le nombre de voyageurs est reparti à la hausse durant le premier semestre 2017 (+2,4 %) grâce à de premières mesures prises en fin d’année dernière. Reste que pour pérenniser cette tendance, mais aussi atteindre ses deux autres objectifs - à savoir « l’efficacité économique » et la « qualité de service », dixit la direction régionale —, un plan d’actions « TER Grand Est 2020 » vient d’être détaillé.

Plus de trains, de bus et d’intermodalité. Parmi les mesures ayant commencé à faire effet dans la région, on peut citer le nouveau cadencement à la demi-heure toute la journée entre Strasbourg et Mulhouse ainsi qu’entre Nancy et Metz. Ce travail se poursuivra en Lorraine et en Champagne-Ardenne.

L’Alsace connaîtra, elle, une nouvelle offre week-end… mais en bus : il s’agit en effet de développer une ligne routière sur Sélestat-Ribeauvillé, avec une prolongation jusqu’à Riquewihr.

Puis, de manière plus générale, « on travaille sur le porte-à-porte, c’est-à-dire l’articulation avec l’autopartage, le covoiturage et aussi, parce qu’il y a une forte demande, à la création de parkings vélos sécurisés », souligne Vincent Téton, directeur régional TER Grand Est.

Le parcours voyageur simplifié grâce au numérique. Le directeur régional en a conscience : « Nos clients veulent pouvoir s’informer, acheter leurs billets ou encore régler les questions d’après-vente à distance ». Un gros effort sera fait sur le volet numérique. Dès dimanche, l’application Ter Mobile ferme au profit de l’application SNCF[3]. C’est désormais par elle qu’il sera possible d’acheter son titre TER dématérialisé et de recevoir des alertes sur son trajet. La fusion des sites Internet TER Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne est quant à elle programmée en août.

Côté technologie aussi, TER Grand Est va mener une expérimentation de géolocalisation sur ses cars entre Saint-Dizier et Chaumont, dans le but de pouvoir offrir à terme à ses clients des informations en temps réel.

Une nécessité d’harmoniser les choses. L’un des chantiers de TER Grand Est est aussi de produire une offre cohérente sur l’ensemble de la région, rattrapant les différences entre l’Alsace, la Lorraine et la Champagne-Ardenne qui vivaient jusqu’à présent séparément. En septembre, une gamme tarifaire unique pour le Grand Est sera par exemple instaurée.

Sur le réseau, alors que ce travail a commencé depuis plus longtemps en Alsace, une attention particulière sera portée aux points de fragilité en termes de production à l’instar du secteur de la vallée de la Marne où accidents de personnes, de matériel et intempéries perturbent souvent le trafic.

En termes de fréquentation par ailleurs, la hausse régionale moyenne de 2,4 % cache des disparités : l’augmentation de plus de 4,8 % sur la ligne Strasbourg-Mulhouse par exemple, elle est beaucoup moins forte ailleurs en Lorraine ou Champagne-Ardenne.

Alexia Ighirri

Source : http://www.20minutes.fr/strasbourg/2096967-20170630-grand-comment-sncf-veut-remplir-durablement-trains-ter

Partager

Laisser un commentaire :