Retour à l'accueil La mobilité du quotidien, défi du quinquennat Macron

Mobilités Magazine Mobilités Magazine - il y a 1 mois

Cette première semaine de juillet 2017 aura été placée sous le signe de la mobilité. De l’inauguration par Emmanuel Macron des nouveaux TGV Atlantique au lancement, hier, du Plan climat par Nicolas Hulot, Ministre de la Transition écologique et solidaire, les discours se sont suivis et… ressemblés ! Le ton est donné : le prochain quinquennat ne sera pas celui des grands projets d’infrastructures. Ce sera celui des transports du quotidien, de la modernisation des réseaux existants et de la transition énergétique. Retour en texte et en images sur les principales mesures annoncées.

• Samedi 1er juillet à 8h du matin. Inauguration en fanfare du TGV Océane Paris à Bordeaux à la Gare Montparnasse. Nicolas Hulot et Elisabeth Borne, Ministre chargée des Transports, étaient du voyage.

• 2h01 plus tard, arrivé à Bordeaux, Nicolas Hulot salue le travail des équipes “qui ont bossé sur les chantiers 7 jours sur 7 quelles que soient les condition météo” et déclare :

" Le plus urgent pour les transports des Français, ce sont les TER, le RER, le métro."
Pour Elisabeth Borne, “ce n’est pas que la victoire de la LGV mais de tout le système de transport autour de la LGV”. Elle souligne “le travail qui reste à accomplir pour l’on ait un réseau ferré en bon état”

• 1er juillet 2017, 16h50, Paris, gare Montparnasse. C’est au tour du Président de la république Emmanuel Macron de prendre, en compagnie de Jean-Yves Le Drian, Ministre des Affaires étrangères et de Guillaume Pépy, président du directoire de la SNCF, l’autre TGV inaugural, à destination de Rennes cette fois-ci. 84 minutes plus tard, à 18h14 très exactement, le train arrive à quai.

• 19h48, salle de la Liberté, Rennes. Allocution d’Emmanuel Macron.
Comme ses Ministres quelques heures auparavant, Le Président de la République annonce sa volonté de donner la priorité aux transports du quotidien.

" Le combat que je souhaite engager pour les années à venir, c’est celui des transports du quotidien (…). La réponse aux défis de notre territoire n’est pas aujourd'hui d'aller promettre des TGV ou des aéroports de proximité à tous les chefs-lieux de département de France, mais c'est bien de repenser, de réarticuler les mobilités du XXIe siècle, la capacité à rejoindre le point le plus pertinent pour une ville qui n'est pas toujours la capitale. Ce qu'il nous faut penser, c'est autre chose pour demain ; ce sont les investissements pour ces nouvelles mobilités, c'est notre organisation collective pour ces nouvelles mobilités ; c'est les corrections à tous ces dysfonctionnements, ces engorgements qui aujourd'hui gâchent le quotidien de tant de nos concitoyens ".

Il annonce un calendrier pour la mobilité :
  • 17 juillet 2017 : lancement de la Conférence nationale des territoires au Sénat
  • Septembre 2017 : assises de la mobilité sous l'égide de la ministre des Transports.
  • Premier semestre 2018 : Loi d'orientation des mobilités

• 2 juillet 2017 :
Lancement commercial des TGV Atlantique Paris-Rennes et Paris-Bordeaux.
Malgré une augmentation du prix des trajets (de 6 à10 euros plus cher en moyenne), les passagers sont emballés par le confort, le wi-fi à bord et, bien sûr, la rapidité des nouvelles rames. “2 heures de voyage pour faire 580 km, c’est plutôt génial, c’est une petite révolution !”, souligne l’un d’entre eux.

Pour la SNCF, qui a investi 15 milliards d’euros sur ces lignes, le pari est de conquérir 4 millions de voyageurs en plus. “On veut aller chercher les gens qui aujourd’hui prennent leur voiture. C’est notre ennemi numéro un”. Autre objectif de Rachel Picard, directrice générale Voyages SNCF : “prendre 100 % de la clientèle aérienne entre Paris et Bordeaux”.

• 4 juillet 2017 :
Déclaration de politique générale du Premier ministre Edouard Philippe à l’Assemblée Nationale.
"Le temps des très grandes infrastructures de transport doit céder la place à des politiques tournées vers de nouveaux modes de mobilité qui associent les nouvelles technologies, le secteur public comme le secteur privé, les micro-entreprises comme les champions nationaux. Les Assises de la mobilité associeront dès la rentrée les usagers, les opérateurs, les collectivités, les ONG pour orienter les investissements en faveur des déplacements quotidiens, plus sûrs, qui désenclavent les territoires. (…) La loi d’orientation sur la mobilité préparera également l’ouverture à la concurrence que nous ne devons pas redouter ni en France ni à l’étranger. Nos opérateurs nationaux de transport sont déjà des champions à l’international”.

Un plan de 50 milliards d’euros sera mis en œuvre pour la transition écologique, la santé, les transports, l’agriculture et la modernisation de l’État. L’économiste Jean Pisani-Ferry, conseiller de M. Macron durant la campagne, en aura la charge.

Selon le journal Le Monde, “le plan d'investissement « montera en régime à partir de 2018 et s'achèvera en 2022. Une enveloppe de 5 milliards devrait aller aux transports.  

• 5 juillet 2017 :
Dans une interview accordée au journal Les Echos, Elisabeth Borne revient sur ses priorités pour les transports.

“Ma priorité, c'est d'assurer une mobilité pour tous et pour tous les territoires. Et cela passe d'abord par les transports de la vie quotidienne. Nous inaugurons des lignes à grande vitesse, mais il faut être conscient que, dans le même temps, les réseaux de tous les jours se dégradent. Sur le réseau ferré national, 5.300 kilomètres de lignes sont ralenties pour des raisons de sécurité. Ce constat préoccupant est aussi valable pour les voies rapides en Ile-de-France ou pour les axes routiers qui ne sont pas au niveau, alors qu'ils supportent un énorme trafic de poids lourds. Il ne faut pas oublier non plus que 40 % de la population vit en dehors des périmètres de transport urbain, sans autre possibilité que la voiture individuelle pour ses déplacements. Face à cette réalité, il faut faire des choix. C'est l'objectif de la démarche que nous engageons, avec une priorité aux déplacements de la vie quotidienne, et donc à la remise à niveau des réseaux existants”

“Il faut en profiter pour se poser à nouveau la question sur la manière dont on répond aux besoins de mobilité des Français. Cela a été fait trop systématiquement par la réalisation de nouvelles infrastructures, et insuffisamment par la modernisation. Dans le ferroviaire, avant de construire une nouvelle voie, il faut d'abord se demander comment innover pour tirer le meilleur parti de l'infrastructure existante, à travers les systèmes de signalisation, par exemple. Il faut également travailler sur les méthodes d'exploitation : dans certains pays, on met 15 minutes pour retourner un train, chez nous, c'est 45 minutes”.

6 juillet 2017
Nicolas Hulot lance son “Plan Climat” pour accélérer la transition énergétique et climatique. Préparé à la demande du Président de la République et du Premier ministre, il vise à mobiliser l’ensemble du Gouvernement sur les mois et années à venir pour faire de l’Accord de Paris une réalité pour les Français, pour l’Europe et pour l’action diplomatique de la France.

Ses principaux engagements :
•  2017-2018 : Développer une mobilité propre et accessible à tous. “Priorité aux déplacements du quotidien (covoiturage, mobilité douce…) afin de garantir l’accès à la mobilité à tous et à tous les territoires”. Les Assises de la mobilité, lances à la rentrée, permettront de se projeter dans la mobilité de 2030 et de préparer la loi d’orientation des mobilités présentée au premier semestre 2018.
• fin 2018 : présentation de la stratégie nationale bas-carbone qui décrira les objectifs à atteindre en matière d’émissions de gaz à effet de serre. L’objectif est de viser la neutralité carbone à l’horizon 2050.  
• Avant 2022 : faire converger la fiscalité entre diesel et essence et accélérer la montée en puissance du prix du carbone.
• Horizon 2040 : Fin de la production d’hydrocarbures et d’énergies fossiles en France. Fin de la vente de voitures émettant des gaz à effet de serre avec, dans l’intervalle, la création d’un fonds pour la mobilité durable et proposition au niveau européen d’une “norme Euro 7 ambitieuse”

Marie-Noëlle Frison

Source : www.mobilitesmagazine.com
Partager

Laisser un commentaire :