Interview de Laurent Probst, directeur général d’Ile-de-France Mobilités

Mobilités Magazine Mobilités Magazine - il y a 1 mois

Grand Paris Express (GPE), ouverture à la concurrence, révolution digitale… Le Stif est face aux profondes mutations que traversent les transports collectifs. Pour les accompagner, l’autorité organisatrice, rebaptisée le 28 juin dernier Ile-de-France Mobilités, modernise ses pratiques, s’ouvre à de nouveaux opérateurs et recrute des spécialistes en DSP /appels d’offres. Explications de Laurent Probst, directeur général d’IDF Mobilités.

Mobilités Magazine : L'évolution tarifaire au 1er août 2017 (+2,5 % contre les 3% prévus) est-elle suffisante pour financer la "révolution transport en cours" (nouvelles rames, nouvelles gares, GPE) ?

Laurent Probst : Les 2,5 % de hausse en 2017 vont apporter 70 millions d’euros, ce qui ne suffira certes pas à couvrir les 100 millions d’euros d’offres nouvelles programmées pour cette année. Mais l’augmentation de 2 % en volume du Versement Transport (VT) et du trafic permettront de compléter le financement nécessaire. Quant à l’investissement, qui se chiffre à 1 milliard d’euros, il sera financé par l’augmentation de la dette du STIF.

Sur le Grand Paris Express, c’est plus complexe. Sa construction est financée par l’Etat mais c’est IDF Mobilités qui prend à sa charge le matériel roulant (2 milliards d’euros) ainsi que l’exploitation du réseau. Celle-ci est estimée à 200 millions d’euros à partir de 2022 (année théorique de la mise en service du nouveau métro, Ndlr) puis à 1 milliard d’euros par an à partir de 2030. Est-ce l’usager qui doit en supporter le coût ? L’augmentation du Versement Transport est-elle une solution ? Le travail sur les interconnexions de la future ligne 15 avec les RER B, D et E provoquera-t-il l’effet volume escompté et permettra-t-il de limiter les augmentations de tarifs ? Les réflexions sont lancées mais ces questions ne seront pas tranchées avant 2020-2021. 
 …/…
M. M. : L’ouverture à la concurrence des opérateurs est une réalité sur les nouvelles lignes de bus. Elle le sera bientôt sur le tramway, sur les lignes de bus du réseau Optile et sur le métro du Grand Paris Express. Comment gérez-vous, en interne, cette nouvelle donne ? 

L. P. : L’appel d’offres pour l’exploitation de la ligne 15 sud sera lancé au premier semestre 2018. On fait déjà des appels d’offres pour les nouvelles lignes de bus mais c’est la première fois que l’on mettra en concurrence une ligne de métro. Sur les aspects techniques d’assistance à maîtrise d’ouvrage, nous sommes conseillés par le cabinet Dantons. En outre, nous constituons une équipe de spécialistes en DSP / appels d’offres dans le cadre de la nouvelle organisation d’Ile-de-France Mobilités). Nous sommes aujourd’hui 400 collaborateurs. Nous tablons sur une augmentation de nos effectifs comprise entre 5 et 10 %. 

M. M. : Quelle est votre relation avec votre partenaire historique, la RATP, et quelle place accordez-vous aux nouveaux entrants ? 

L. P. : Nos critères sont la performance, le prix et le service aux voyageurs. Sur les bus, cela fait un certain temps que CarPostal répond aux appels d’offres. Ils n’ont pas été retenus car leurs propositions n’étaient pas suffisamment compétitives au niveau des tarifs mais nous ne pouvons que les encourager à continuer à se positionner. Les rapports d’analyse d’offres que nous avons obligation de leur transmettre peuvent leur fournir de bons indicateurs pour les prochains marchés. 

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Laurent Probst dans Mobilités Magazine N°7, le 1er septembre prochain

Marie-Noëlle Frison

Source : www.mobilitesmagazine.com
Partager

Laisser un commentaire :