Libéralisation du TER : Régions de France adapte son organisation

Mobilicités Mobilicités - il y a 4 mois

Le lobby des Régions présidé par Philippe Richert fait évoluer son organisation sur les sujets transport et mobilité. Régions de France a notamment recruté une nouvelle conseillère, Patricia Perennes, chargée de préparer l'ouverture à la concurrence du TER.

Petits réglages à Régions de France… Au début de l’été, le conseiller transports et mobilité Amaury Lombard qui était détaché depuis plusieurs années de l’ex-RFF a réintégré ce qui est devenu entre-temps le groupe public SNCF. Celui qui a travaillé étroitement avec Jacques Auxiette (ex-responsable des transports sous les précédentes mandatures) puis avec Michel Neugnot, exerce un poste opérationnel en gare du Nord au sein de Gares & Connexions.

Pour le remplacer, Région de France modifie son organisation. L’association a recruté Patricia Perennes, une jeune économiste du transport qui doit prendre ses fonctions début septembre. Paradoxe, celle qui doit aider les régions à mettre la SNCF en concurrence provient de la… SNCF. 

Thèse d'économie sur le rail

En réalité, cette thésarde ("Spécificité du secteur ferroviaire et libéralisation : la question du signal prix "), qui a notamment été en stage à l'Autorité des marchés financiers, est entrée dans le ferroviaire en 2011 par la voie de l'ex-RFF. Suite à la réforme ferroviaire, elle est intégrée, en 2016, dans le groupe SNCF comme économiste chargée d'établir des notes sur le secteur. Par ailleurs, Patricia Perennes est proche du professeur Yves Crozet qui n'est pas un thuriféraire des monopoles.

Selon nos informations, sa fonction à Région de France ne reprendra pas les attributions d'Amaury Lombard. La nouvelle conseillère sera précisément concentrée sur le sujet de la concurrence dans le TER. L'objectif ? Suivre l'élaboration de la prochaine loi, puis aider les Régions à définir les appels d'offres. Bref une fonction passionnante : passer de la théorie aux travaux pratiques.

David Herrgott monte en grade

De son côté, David Herrgott, arrivé à l’ex-ARF en 2016 pour seconder Amaury Lombard se voit promu. Il reprend les attributions de ce dernier, couvrant tout le secteur de la mobilité. Les deux conseillers travailleront ensemble, mais sans lien hiérarchique.

Seule certitude, les prochains mois vont être intenses avec l'ouverture par la ministre Elisabeth Borne – sans doute mi-septembre – des assises de la mobilité. En principe, elles donneront ensuite lieu à la mise en place de groupes de travail thématiques qui seront actifs dans les mois qui viennent pour préparer une loi envisagée courant 2018.

Nul doute qu'avec le tri dans les projets d'infrastructures, la transposition du quatrième paquet ferroviaire constituera le plat de résistance. L'objectif ? Régler toute les questions pour permettre la libéralisation du TER au plus tard en 2023, avec un démarrage possible d'ici là.

Mais déjà, certains au sein du groupe SNCF agitent un obstacle - classique - pour ralentir le mouvement. Mi-2018 voir fin 2018 se tiendront les élections professionnelles au sein du groupe SNCF : si on échafaude une loi d'ouverture à cette date, cela va redonner du poids électoral à la CGT-Cheminots et à Sud-rail, et stopper la progression des centrales réformistes (Unsa et CFDT). A la clé, un risque de mouvements sociaux.

On connaît par cœur cette vieille chanson française…

Marc Fressoz

Source : http://www.mobilicites.com/011-6392-Transports-Region-de-France-adapte-son-organisation.html?lipi=urn%3Ali%3Apage%3Ad_flagship3_feed%3BcjanjAphTg6sAPdcnPWjhw%3D%3D

Partager

Laisser un commentaire :