Niort devient la plus grosse agglomération à proposer la gratuité des transports en commun

Le Monde.fr Le Monde.fr - il y a 4 mois

Le réseau de bus passe en libre accès vendredi. Le but : augmenter la fréquentation. Spécialistes et professionnels restent toutefois sceptiques.

Jazz, magie, cirque… et un concert de rock samedi soir. Niort célèbre en fanfare, ce week-end, l’entrée en gratuité du réseau de bus de l’agglomération vendredi 1er septembre. La principale collectivité locale des Deux-Sèvres accède ainsi au club restreint des villes qui proposent des transports en commun en libre accès (elles sont une vingtaine en France).

Elle en devient même le chef de file, puisqu’elle apporte aux partisans de la gratuité le plus vaste réseau de transport français à ce jour : sept lignes urbaines, douze périurbaines et une centaine de véhicules qui sillonnent ce vaste territoire entre ville et campagne. La communauté d’agglomération du Niortais (CAN) associe 45 communes et totalise 120 000 habitants.

Jérôme Baloge, maire centriste de Niort et président de la CAN, porte ce projet qui correspond à une promesse forte de sa campagne pour l’élection municipale de 2014, au cours de laquelle il a battu la maire PS sortante, Geneviève Gaillard. « Il ne s’agit pas seulement de rendre les bus gratuits, précise M. Baloge. Mais aussi de refondre totalement le réseau. Et nous proposons aux usagers une plus grande variété de modes de transport dès octobre : vélo en location longue durée et covoiturage. » Objectif premier de l’opération : faire revenir la population dans les bus, qui tournent trop souvent avec deux ou trois passagers, voire à vide. « Le cahier des charges prévoit une augmentation de la fréquentation de 30 % d’ici septembre 2019 », confirme Richard Dujardin, directeur général France de Transdev. Pour l’opérateur, le passage à la gratuité n’est pas un saut dans l’inconnu. L’entreprise fait déjà fonctionner des réseaux en libre accès à Aubagne, à Libourne et dans l’agglomération de Dunkerque (200 000 habitants), où les bus sont déjà gratuits le week-end, mais où le prochain appel d’offres pour 2018 prévoit une gratuité totale. Ce type de réseau reste toutefois marginal dans l’activité de Transdev.

« Le modèle gratuit n’est pas viable partout »

Il faut dire qu’au sein de la communauté des spécialistes et des professionnels du transport public la gratuité n’a pas bonne presse. C’est même une volée de bois vert que reçoivent les élus qui s’y risquent. Les pères la rigueur rappellent que la gratuité n’existe pas et que si l’usager ne paie rien, le contribuable sera d’autant mis à contribution. Le contribuable, c’est-à-dire les entreprises et administrations à travers une taxe appelée le « versement transport ».

« Le transport gratuit, c’est de la pure démagogie, tonne Yves Crozet, économiste des transports à l’université de Lyon. Cela n’est pas forcément stupide pour les tout petits réseaux, mais dans des cas comme Dunkerque et Niort – même avec la rente des mutuelles –, on est au-delà de la limite haute et de toute logique économique. » Même tonalité au Groupement des autorités responsables de transport (GART), l’association qui regroupe les collectivités locales organisatrices du transport public. « Le GART n’est pas favorable à la gratuité, commente un porte-parole. Elle ne fait pas baisser la circulation automobile, dégrade souvent l’image du réseau et est quasi irréversible, car il est politiquement très difficile de revenir en arrière. »

« En tant qu’opérateur, nous répondons aux clients qui veulent instaurer la gratuité, indique Frédéric Baverez, directeur exécutif de Keolis, l’opérateur concurrent de Transdev, qui fait rouler en libre accès des bus à Châteauroux, Vitré et Chantilly. Mais nous ne la recommandons pas. On notera d’ailleurs que ce n’est pas du tout une demande des associations d’usagers. »

« Je ne prétends pas que le modèle gratuit est viable partout, répond le maire de Niort. Ici, nous avons la chance d’avoir un versement transport qui, avec un taux raisonnable de 1,05 %, rapporte 15 millions d’euros par an, quand le contrat avec Transdev coûte 12 millions. Le projet se fait donc sans hausse d’impôts et pour un gain social au profit des plus précaires qui vaut de tenter l’expérience. »

Éric Béziat

Source : http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/09/01/niort-devient-la-plus-grosse-agglomeration-a-proposer-la-gratuite-des-transports-en-commun_5179360_3234.html

Partager

Laisser un commentaire :