Le vélo, "solution de transport la plus économique pour toute la société"

L'Express L'Express - il y a 1 mois

La mairie de Paris a annoncé un plan vélo au budget de 150 millions d'euros. REUTERS/Mal Langsdon

Même si le plan vélo de Paris divise, le développement de ce mode de transport alternatif reste le plus rentable pour les collectivités et leurs administrés. A tout point de vue.

Même si le plan vélo de Paris divise, le développement de ce mode de transport alternatif reste le plus rentable pour les collectivités et leurs administrés. A tout point de vue.
La ville de Paris affiche ses ambitions, et elles ne plaisent pas à tout le monde. Consacrant un budget de 150 millions d'euros pour la mise en place d'un plan vélo qui doit aboutir en 2020, elle veut faire de la ville "une capitale mondiale du vélo". 

Concrètement, 200 km de pistes cyclables seront créées. Parfois au détriment de l'espace réservé aux voitures. Comme c'est le cas rue de Rivoli où les travaux pour installer une double voie, longue de 4 km et réservée aux cyclistes, cantonnent les automobilistes à une seule voie, en file indienne. 

10% du budget métro et bus
Sur Twitter, les sceptiques s'en donnent à coeur joie. Pour certains parisiens motorisés, c'est un scandale. En quel honneur faudrait-il accorder tant de place au vélo? 

Peut-être, d'abord, parce que "c'est la solution de transport la plus économique pour la société toute entière", à en croire Frédéric Héran, professeur d'économie à l'Université de Lille 1 et auteur de Le retour de la bicyclette. "Les infrastructures permettant la circulation des vélos coûtent cher à mettre en place mais elles ne coûtent rien, ou presque, à entretenir", explique-t-il. 

Christophe Nadjovski, adjoint d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris en charge des transports, confirme: "150 millions, ça parait énorme. Mais c'est à peine un peu plus de 10% du budget consacré annuellement à la mise en service et à l'entretien des autres modes de transports collectifs: bus, métro..." 

Le modèle strasbourgeois
Dans son chemin pour devenir une des places fortes du cyclisme, Paris devra se confronter à Strasbourg. Ou plutôt s'en inspirer. Quatrième ville la plus cyclable du monde, derrière Copenhague (Danemark), Amsterdam et Utrecht (Pays-Bas), la belle Alsacienne fait la part belle aux cyclistes depuis près de 40 ans, leur accordant actuellement 560 kilomètres de pistes cyclables. 

"Donner la priorité au vélo, pour nous, ça a un coût, accorde Jean-Baptiste Gernet, adjoint à la mairie de Strasbourg, chargé des mobilités alternatives. Mais ça coûte toujours moins cher que l'entretien des voies traditionnelles, par exemple. Par an, le budget consacré à notre offre vélo (entretien des pistes, des vélos...) s'établit à 15 euros par an et par habitant." 

S'il reconnaît que la mairie ne rentre pas totalement dans ses frais en investissant dans une ville pro-cycles, il estime que les bénéfices sont d'une autre nature. "Nous proposons un service public qui vitalise chaque jour le centre-ville, ses commerces, ses cafés... Les gens ne sont pas enfermés dans une carcasse, ils sont libres de s'arrêter, d'aller et venir. On a gagné en qualité de vie." 

La santé impactée, la sécurité sociale aussi
Si le "bien-vivre" vanté par les fervents supporters des transports alternatifs fait le bonheur des petits commerces, il a aussi des effets positifs sur la santé de ses habitants. 

Selon une étude de Nick Cavill et Adrian Davis, nommée "Cycling and health, what's the evidence ?" (2007), la multiplication des pistes cyclables en milieu urbain, qui induit par la même la réduction du trafic routier, impose une "ambiance plus sereine" et réduit certains risques liés à des possibles troubles de la santé mentale (anxiété, dépression...). Le parfait traitement pour les Parisiens? 

Sans parler des effets sur la santé des pratiquants, toujours selon la même étude destinée à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la pratique régulière du vélo réduirait sensiblement les risques de maladies cardiovasculaires, mais aussi de certains cancers et même de plusieurs formes de diabètes. Selon Atout France, qui reprend la méthode de calcul de ces chercheurs, si chaque Français faisait 200 kilomètres de vélo par an, la sécurité sociale économiserait 5,6 milliards d'euros. 

Pratique verte
Pour les Parisiens, avant d'économiser sur de futurs frais de santé, il s'agit d'abord de se déplacer tout en gagnant en pouvoir d'achat. Pour un vélo classique, comptez 200 euros en moyenne. Autour de 600 euros pour un vélo électrique.  

Pour les collectivités et l'Etat, il est question d'investir pour améliorer un peu plus son image verte à l'étranger, le tout à moindre coût: selon Atout France et son étude "L'économie du vélo", 483 millions d'euros sont investis chaque année dans l'aménagement de pistes cyclables par la puissance publique. Des frais immédiatement couverts par les recettes fiscales issues de l'économie du vélo, la plupart via la TVA, qui avoisinent les 700 millions. 

Mais pour tous, cela permet aussi d'économiser la planète. Selon l'Observatoire régional de santé d'Île-de-France[18], un kilomètre en vélo émettrait 21 grammes de CO2, contre 271 en voiture.  

Encore faut-il pouvoir se passer de sa voiture pour se rendre sur son lieu de travail. Même si la circulation est parfois encombrée, elle permet à certains de réduire assez largement leur temps de trajet. Selon que l'on vienne de Montreuil ou Mantes-la-Jolie, difficile d'enfourcher sa bicyclette pour atteindre le coeur de Paris après 50 minutes d'intenses efforts. 

Des arguments qui n'empêcheront pas les internautes de se moquer des réfractaires, qui ne sont pourtant pas tous de méchants et riches pollueurs, comme les cyclistes ne sont pas tous des bobos collectionneurs de fixie. 

Anthony Cortes

Source : http://www.lexpress.fr/actualite/societe/le-velo-solution-de-transport-la-plus-economique-pour-toute-la-societe_1941028.html

Partager

Laisser un commentaire :