Metz-Métropole : les transports en commun prennent de la vitesse

Le Républicain Lorrain Le Républicain Lorrain - il y a 10 mois

Angélique (deuxième en partant de la droite), vingt millionième passagère du Mettis de l’année, a été récompensée par le maire, Dominique Gros, Franck Duval, directeur des Tamm, et Marie-Anne Isler-Beguin, en charge de la mobilité à Metz-Métropole. Photo Maury GOLINI

Cette année, vingt millions de passagers ont validé leur billet Mettis. Le réseau des Transports de l’agglomération de Metz-Métropole affiche une croissance régulière, au point de saturer aux heures de pointe.

La vingt millionième passagère du Mettis, cette année, se prénomme Angélique. Mardi matin, elle a eu droit aux discours, bouquet de fleurs et petits gâteaux devant un arrêt de bus place de la République. La jeune femme a été congratulée par Dominique Gros, maire de Metz, Marie-Anne Isler-Beguin, en charge de la mobilité pour Metz-Métropole et Franck Duval, le patron des Tamm (Transports de l’agglomération de Metz-Métropole).

Par cette opération de communication, les élus ont voulu rappeler le sens de cette transition urbaine et sociétale. Depuis les premiers débats politiques jusqu’aux travaux, puis à la mise en service du premier Mettis octobre 2013, la ville est passée par tous les états d’âme. Dominique Gros raconte : « Quand on a fait les travaux, c’était la "catastrophe", une affaire d’État. Et aujourd’hui, le consensus a gagné toute la population. Alors, finalement, le courage politique, ça paye. »

Metz a rejoint son époque en proposant un système de transports en commun plutôt audacieux. « Des villes du monde entier viennent voir comment ça marche, un réseau deux fois moins cher et deux fois plus efficace qu’un tramway », ajoute le maire.

La fréquentation des Mettis et des lignes de bus principales (1, 2, 3, 4, 5), qui peuvent emprunter les couloirs dédiés, est en croissance constante. Plus 7 % en moyenne. Le 24 novembre dernier, 100 000 voyageurs sont montés dans un bus du réseau. Un record. « Novembre est toujours un mois fort », explique Franck Duval. L’objectif est affiché : 100 voyages en bus par an et par habitant de l’agglomération messine. Strasbourg est à 200, mais les deux villes ne jouent pas dans la même cour.

En matière d’organisation des transports, Marie-Anne Isler-Beguin est déjà à la station suivante : « Le réseau est victime de son succès, on le voit aux heures de pointe. On réfléchit à la troisième ligne du Mettis. Elle devra desservir Marly, Montigny, le plateau de Frescaty selon son développement. »

Mais pour cette troisième ligne, des dents vont grincer, lorsque le parcours impliquera quelques suppressions de places de parking ou une modification de la circulation. « Pour l’instant, on était sur des configurations assez simples. Là, ce sera plus étroit, plus compliqué. Mais je suis optimiste. Nos concitoyens sont devenus acteurs de la protection de l’environnement. Ils sont demandeurs », dit-elle.

Source : www.republicain-lorrain.fr
Partager

Laisser un commentaire :