A Saint-Lô, les premiers vélos électriques à hydrogène en France

Le Monde.fr Le Monde.fr - il y a 1 mois

Ces vélos, qui pèsent 25 kilogrammes, soit le poids d’un vélo électrique classique, se rechargent en hydrogène « en moins de deux minutes ». DAMIEN MEYER / AFP

Livrées par la PME basque Pragma, les premières bicyclettes à hydrogène seront utilisées à Saint-Lô par des employés de l’hôpital et d’une entreprise, puis aux touristes.

Les premiers vélos électriques à hydrogène en France[1] ont été mis en service, lundi 11 décembre, à Saint-Lô, dans la Manche. Selon Christophe Bruniau, directeur des ventes de Pragma Industries, la PME de Biarritz qui a conçu ces vélos, il s’agit même d’une première mondiale.

« Nous en livrons vingt aujourd’hui dans la Manche, dix pour Saint-Lô et dix pour Cherbourg. Quarante autres seront livrés dans les prochains jours à la communauté d’agglomération Pays basque, à celle de Chambéry et en Ariège », a précisé M. Bruniau, qui affiche cent commandes fermes au total. « On a des perspectives pour plusieurs centaines de vélos pour 2018 dans toute la France et à l’export, où nous sommes assaillis de demandes », a-t-il ajouté, citant le Danemark et l’Allemagne.

Ces vélos, qui pèsent 25 kilogrammes, soit le poids d’un vélo électrique classique, se rechargent en hydrogène « en moins de deux minutes, contre trois heures pour un vélo à assistance électrique classique proposant moitié moins d’énergie », selon l’entreprise.

« Une grosse boîte » de deux mètres
Il faut pour cela se rendre à la « station de recharge pour vélo à hydrogène », telle celle mise en service à Saint-Lô – « une grosse boîte » de deux mètres sur un mètre qui transforme l’eau de la ville en hydrogène. Le vélo électrique à hydrogène, carburant non polluant, a une autonomie de cent kilomètres, au lieu de cinquante en moyenne pour un vélo électrique classique, précise Pragma.

Le coût du vélo est aujourd’hui de 7 500 euros, mais l’entreprise vise un prix public d’environ 3 500 euros à l’horizon 2020.

Les premiers vélos à hydrogène seront utilisés à Saint-Lô par des employés de l’hôpital et d’une entreprise de huit cents salariés, Lecapitaine. Ils seront ensuite proposés d’avril à octobre aux touristes. La mise en service des vélos et de la station d’hydrogène de Cherbourg est prévue quant à elle pour le printemps.

Le coût de cette expérimentation sur trente-neuf mois dans la Manche est de 723 048 euros, dont 337 981 euros payés par l’Agence de l’environnement[5] et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et le reste par les collectivités locales.

En janvier 2015, déjà, le département avait inauguré la première station publique d’hydrogène pour voiture[6] de France à Saint-Lô. La collectivité possède aujourd’hui une flotte de dix-sept véhicules à hydrogène.

Une station à hydrogène a également ouvert en juillet à Rouen (Seine-Maritime). Elle alimente une dizaine de véhicules appartenant aux collectivités ou entreprises[8] locales. La région Normandie projette l’ouverture de neuf autres stations en 2018.

Source : http://www.lemonde.fr/smart-cities/article/2017/12/11/a-saint-lo-les-premiers-velos-electriques-a-hydrogene-en-france_5228161_4811534.html#xtor=AL-32280270

Partager

Laisser un commentaire :