Ces start-ups veulent rendre vos transports accessibles

Le Parisien Le Parisien - il y a 11 mois

Images du char Benur, le premier handibike à assistance électrique.

Lors du Forum Access Solutions, organisé par la SNCF, une dizaine de start-ups ont présenté leurs innovations destinées à faciliter l’accessibilité.

Plus de douze ans après l’adoption de la loi Handicap, il est toujours extrêmement difficile de se déplacer de façon autonome lorsqu’on est atteint d’un handicap. Côté SNCF, la prise de conscience a été tardive mais elle semble désormais effective. Au-delà des travaux que l’entreprise doit mener pour rendre ses gares et ses trains accessibles à tous, des start-ups imaginent des solutions pour faciliter la vie et les déplacements des personnes handicapées. Tour d’horizon.

Benur, le « char » à assistance électrique. La particularité du premier vélo à mains à assistance électrique, c’est qu’on peut monter dessus directement avec un fauteuil roulant. Ses concepteurs estiment qu’il pourrait être utile pour réaliser «le dernier kilomètre », à la sortie du train. Et si aucune personne en fauteuil n’en a besoin, «les agents de la gare peuvent s’en servir pour transporter des charges lourdes », avance Jospeh Mignozzi, le fondateur de Benur.

La réalité virtuelle pour tester l’accessibilité. Les travaux de mise en accessibilité sont très coûteux. La facture est d’autant plus difficile à avaler quand on se rend compte, à la fin des travaux, qu’on a oublié d’installer une rampe sur un escalier, ou que le quai reste un peu trop bas pour permettre de monter dans un train sans rampe. Le genre de désagrément que la société Digital and Human souhaite éviter avec un «simulateur d’accessibilité ». L’idée : reproduire en réalité virtuelle une gare, puis tester la qualité de certains aménagements envisagés, en se mettant «dans la peau » d’une personne à mobilité réduite, avant le lancement des travaux.

Des yeux dans les oreilles. Naviguer dans une gare, au milieu de la foule, entre les boutiques et les stands, trouver le bon quai, ça n’est déjà pas simple quand on dispose de tous ses moyens. Alors pour un non-voyant, c’est carrément la jungle. Afin de leur faciliter la vie, Panda Guide a développé un casque de réalité augmentée qui vous met « des yeux dans les oreilles ». Concrètement, le casque est équipé d’une caméra : les images filmées sont ensuite « décrites » à celui qui le porte grâce à un écouteur dans l’oreille.

Traduire les textes en mots, et inversement. Plus spécifique, MyEye, de la société Orcam, est capable de lire n’importe quel texte, sur écran ou papier, et de le traduire en mots. Le même appareil est capable de reconnaître les billets de banque. A l’inverse, la borne Samba, créée par le laboratoire grenoblois AGEIS, transforme elle en texte les messages sonores. Pratique dans les gares, où le brouhaha ambiant rend parfois difficile la compréhension des annonces sonores.

Des applis pour trouver un itinéraire accessible. Jaccede.com et Streetco sont deux applications mobiles et collaboratives qui aident les personnes à mobilité réduite à trouver un itinéraire accessible, sans obstacles. Sur le modèle de Waze, Streetco s’appuie sur les renseignements apportés par sa communauté pour recenser les obstacles, qu’ils soient temporaires ou permanents.

Grégory Plesse

Source : www.leparisien.fr
Partager

Laisser un commentaire :