Le covoiturage : élément central du Plan de mobilité en entreprise

Les Echos Les Echos - il y a 9 mois

Le covoiturage : élément central du Plan de mobilité en entreprise - Fotolia.com

Afin d'inciter les entreprises à s'engager dans la transition énergétique, le gouvernement exige depuis le 1er janvier que toute entreprise de plus de 100 collaborateurs -situés sur un même site et concernés par un Plan de déplacements urbains (PDU)- ait élaboré un Plan de mobilité.

Depuis le 1er janvier, le plan de mobilité, inscrit dans la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) et qui se fixe pour objectif de réduire de 75% les gaz à effet de serre d'ici à 2050, doit être réalisé par les entreprises regroupant plus de 100 salariés sur un même site et situées dans le périmètre d'un plan de déplacements urbains. 

Selon les termes de la loi, le plan de mobilité permet à l'entreprise de définir une stratégie de long terme pour faire évoluer les comportements des salariés et contribuer à la diminution des émissions de gaz à effet de serre. Il peut comporter des mesures de recours au télétravail, de flexibilité des horaires, de développement de l'usage des transports en commun, du covoiturage, de l'autopartage ou de la pratique du vélo. 

Pour favoriser l'efficacité des plans de mobilité, les entreprises sont invitées par la loi à organiser, en lien avec les collectivités territoriales, des démarches mutualisées avec les entreprises voisines. 

Ainsi, toutes les entreprises ou organismes publics -de plus de 100 personnes- doivent engager des programmes d'actions pour promouvoir des modes de déplacements alternatifs à la voiture individuelle, notamment le covoiturage. Pour cela, elles doivent mettre en place de bonnes pratiques et/ou des outils pour faciliter les échanges entre salariés : tableaux d'affichage, intranet de l'entreprise, plateforme dédiée, etc.

Au-delà du covoiturage intra-entreprise, ce mode de transport peut être envisagé également pour des collectivités locales, des pôles ou des zones d'activités accueillant plusieurs centaines de TPE et/ou PME, mais aussi pour de grands centres hospitaliers ou des campus universitaires.

Subventionner les « covoitureurs »

Certaines régions, fortement impactées par les déplacements urbains, ont déjà mis sur pied des dispositifs afin d'inciter à ces pratiques citoyennes et écologiques : la région Ile-de-France, par exemple, a décidé de subventionner les « covoitureurs ». Entre le 1er octobre et le 31 décembre derniers, les plateformes de covoiturage qui ont participé à l'opération "Tous ensemble pour le covoiturage" ont déduit deux euros sur le prix du trajet du passager ou ont accordé une prime de deux euros à chaque conducteur.

Les mairies et collectivités locales ne sont pas en reste et se sont saisies de la question en proposant, particulièrement aux personnes âgées ou à mobilité réduite, des services de covoiturage de proximité pour les accompagner dans leurs déplacements.

Si à ce jour, le plan de mobilité se veut uniquement incitatif, les mauvais élèves pourraient être pénalisés dans un avenir proche, en interdisant d'accès à certains appels d'offres, par exemple, les entreprises qui ne seraient pas adaptées aux enjeux de la transition énergétique. 

Source : https://www.lesechos.fr/partenaire/macif/partenaire-1358-le-covoiturage-element-central-du-plan-de-mobilite-en-entreprise-2147696.php

Partager

Laisser un commentaire :