En Occitanie, le secteur du transport-logistique recrute

La dépêche La dépêche - il y a 28 jours

Le transport logistique c'est 30000 salariés en Midi-Pyrénées./ DDM

Si les métiers du transport-logistique se portent bien, avec des embauches à la clef dans la région, la profession a du mal à trouver du personnel qualifié et doit donc mettre en œuvre des formations.

La crise n'est (presque) pas passée par là. Dans le transport-logistique, voilà des années que le nombre de salariés est resté stable. Certes, «il y a eu des fusions de sociétés, rappelle Nathalie Deneve, responsable d'équipe Pôle emploi à Castelginest, en Haute-Garonne. Mais le secteur ne s'est jamais vraiment écroulé.» Et depuis 2015, «cela repart à tout va» dans l'ouest de l'Occitanie. Rien que sur l'ancien territoire Midi-Pyrénées, 30 000 salariés y évoluent, en hausse de 3,6 % entre 2015 et 2016, selon les chiffres annuels de l'Observatoire prospectif des métiers et des qualifications dans les Transports et la logistique. Ce rapport est rédigé par Christine Boy, déléguée régionale de l'Association pour le développement de la formation professionnelle dans les Transports (AFT), qui détaille : «Près de 68 % des salariés sont des conducteurs. Parmi eux, deux-tiers sont dans le transport de marchandises, 19 % dans celui de voyageurs et 14 % dans le transport sanitaire.»

Transport scolaire à temps partiel

Ce sont bien des conducteurs que le secteur cherche à recruter en priorité. «La zone Occitanie ouest attire beaucoup de population, mais on n'y produit peu. Cela génère donc beaucoup de transports pour faire venir les biens», explique Nathalie Deneve. Voilà pour le transport de marchandises. Ensuite, ces nouveaux habitants doivent se déplacer et ont des enfants scolarisés. «On a donc besoin de chauffeurs de bus et de transports scolaires.» Tout le «paradoxe», souligne Christine Boy, «c'est qu'il n'y a pas suffisamment de gens formés».

Les différents acteurs de la formation mettent donc en place des certifications reconnues, avec des formations de plusieurs mois. Sur les postes spécifiques du transport scolaire, qui sont à temps partiel, Christine Boy insiste : «il faut des candidats qui ne subissent pas ce rythme particulier. On va promouvoir ces postes auprès des seniors, ou des femmes qui cherchent à reprendre une activité.» Quoi qu'il en soit, l'objectif est toujours de bien informer les candidats afin d'éviter qu'ils s'aventurent dans un projet professionnel qui ne leur conviendrait pas.


Quel profil ?

Les candidats à des postes de conducteurs doivent être «rigoureux, ponctuels, avoir une bonne présentation et un bon relationnel», détaille Nathalie Deneve, qui rappelle que «le chauffeur routier, quand il livre les magasins, est la première image de l'entreprise». Christine Boy ajoute un critère supplémentaire : l'autonomie. «Le chauffeur est quelqu'un capable de se débrouiller s'il lui arrive quelque chose, comme une erreur d'adresse. Il faut être intuitif.»

Source : https://www.ladepeche.fr/article/2018/01/25/2728791-en-occitanie-le-secteur-du-transport-logistique-recrute.html

Partager

Laisser un commentaire :