Saint-Ouen : une appli pour partager ses trajets... à pied ou à vélo

Le Parisien Le Parisien - il y a 7 mois

Saint-Ouen, lundi 12 février. Héloïse Poëy-Noguez a créé l'application web Solimobi pour partager ses trajets à pied, à trottinette, à vélo ou en transports en commun. LP/Florian Niget

Héloïse Poëy-Noguez a créé Solimobi, une application web qui met en relation les piétons ou les cyclistes souhaitant partager les trajets du quotidien. Un outil de convivialité et aussi une solution pour « atténuer le stress » ressenti dans l’espace public.

Après le covoiturage, le « copiétonnage » ? C’est l’idée développée par Héloïse Poëy-Noguez, une habitante de Saint-Ouen, pour simplifier les déplacements dans l’espace public. Cette trentenaire a créé une application web qui met en relation des piétons (ou des cyclistes) souhaitant partager leurs trajets du quotidien. Lancée fin décembre, Solimobi* —contraction de Solidarité et mobilité—, récompensée par le concours Talents des cités 2017, compte pour l’instant 500 utilisateurs.

La fondatrice espère multiplier ce chiffre par quatre d’ici à trois mois. «C’est gratuit. Les gens s’inscrivent et ils proposent ou recherchent un trajet. Il suffit d’entrer une adresse de départ, une adresse d’arrivée, un horaire, et son mode de déplacement : à pied, à trottinette, à vélo ou en transports en commun. Et éventuellement, le motif de ce déplacement, sa tranche d’âge et ses centres d’intérêt », présente Héloïse Poëy-Noguez.

Cette idée, elle l’a formalisée en 2016, MBA (Master of business administration) tout juste en poche, à la lecture d’un fait divers : «Une femme avait été violée dans le RER un dimanche matin, sans que personne ne lui vienne en aide », rappelle-t-elle. Rassurer, « atténuer le stress » ressenti dans l’espace public, en s’appuyant sur la force du groupe : c’est donc là l’une des vocations de Solimobi.

«Moi-même, je ne me déplace pas aussi facilement qu’un homme dans la rue : je fais attention à l’heure qu’il est, aux endroits que je traverse, à ma tenue. Seul, on est beaucoup plus une proie facile qu’à plusieurs. Ensemble, on est plus forts. »

Ainsi, son coeur de cible est « essentiellement féminin. Mais l’espace public peut aussi se révéler anxiogène pour des seniors, des ados, des touristes, des nouveaux arrivants ou des personnes à mobilité réduite », élargit la chef d’entreprise.

Solimobi, outil contre l’insécurité : oui, mais pas seulement. L’application se veut aussi vecteur de lien social, en proposant tout simplement « d’égayer » les trajets du quotidien. « C’est l’occasion de passer un moment ensemble, de se rencontrer et d’échanger, tout en faisant un peu de sport », insiste Héloïse Poëy-Noguez, dont l’invention fait la promotion des modes de déplacements respectueux de l’environnement.

La nouvelle loi de transition énergétique, qui oblige depuis le 1er janvier les entreprises de plus de 100 salariés à imaginer un plan de mobilité favorisant ce type de pratiques est à ce titre une aubaine pour la start-up. La jeune femme négocie actuellement pour proposer ses services à la SNCF et à Showroomprivé, à Saint-Denis, ou à la Région Ile-de-France, fraîchement installée à Saint-Ouen. L’offre Solimobi, pour les entreprises, n’est pas gratuite mais commercialisée sous forme de forfaits, à partir de 600€ par mois.

Florian Niget

Source : www.leparisien.fr
Partager

Laisser un commentaire :