De Massy à Longjumeau, ces voyageurs testent un bus 100 % électrique

Le Parisien Le Parisien - il y a 5 mois

Longjumeau, mardi 20 février 2018. A peine assis, Kevin a rapidement profité de l’une des nombreuses prises USB installées dans ce véhicule en test jusqu’au 23 mars. LP/Gérald Moruzzi

Expérimenté durant cinq semaines sur une des lignes très fréquentées de l’agglomération Paris-Saclay, le véhicule n’est pas seulement plus silencieux qu’un bus ordinaire. Les prises USB installées près des sièges sont aussi appréciées.

Yoann a eu un léger doute en voyant arriver le bus qu’il prend chaque jour pour rejoindre la gare de Massy-Palaiseau. « Il ressemble à celui que je prends d’habitude, alors j’ai un peu hésité avant de monter », avoue cet habitué de la ligne DM12, qui relie Massy à Longjumeau, en passant par Palaiseau, Villebon-sur-Yvette et Saulx-les-Chartreux. A l’image de nombreux voyageurs, l’adolescent a pu tester le bus 100 % électrique en expérimentation durant cinq semaines dans les conditions habituelles de fonctionnement du service.

Fréquentée chaque jour par près de 2000 personnes, la DM12 a été choisie pour les particularités de son parcours. Sinueux, tortueux par endroits, caractérisé par ses dénivelés et quelques tronçons étroits, il permet d’apprécier dans des configurations variées les performances techniques de ce bus. Ce dernier doit parcourir 180 km par jour pour tester la pleine autonomie de ses batteries. « Cette expérimentation s’inscrit dans notre programme de recherche et développement », précise Philippe Massin, directeur opérationnel chez Keolis. L’opérateur de transport, qui mène cet essai avec Ile-de-France Mobilités, précise que « d’autres tests sont menés en ce moment en France et en Europe ».

Francisque Vigouroux, le vice-président mobilités et transports de la communauté Paris-Saclay, ne tarit pas d’éloges à l’évocation de ce premier bus 100 % électrique testé dans l’agglomération. « En plus de répondre aux enjeux climatiques, ce bus particulièrement silencieux contribue à adoucir l’espace urbain », se félicite-t-il.

« Ce serait bien que l’on ait ce bus toute l’année »
Cette quiétude, bien que troublée par les cahots, est appréciée par les professionnels sélectionnés et formés pour prendre les commandes du véhicule. « Le soir, je n’ai pas de bourdonnement dans les oreilles quand j’ai conduit ce bus », glisse l’un d’eux. Les voyageurs notent aussi la différence. « C’est beaucoup plus calme que d’habitude », compare Khadija, qui prend les transports chaque jour. Ce serait bien que l’on ait cela toute l’année. »

Kevin l’espère aussi, mais pour une autre raison. Cet usager âgé de 17 ans n’a pas mis longtemps à dégainer le câble d’alimentation de son téléphone portable et à le brancher dans l’une des prises USB qui flanquent les sièges bleus électriques. « Je n’avais plus beaucoup de batterie, cela tombe bien, sourit-il. Le temps d’arriver à destination, il sera bien chargé. »

Gérald Moruzzi

Source : www.leparisien.fr
Partager

Laisser un commentaire :