Rennes. Les nouveaux BlueBus 100 % électriques dévoilés pendant inOut

Ouest France.fr Ouest France.fr - il y a 6 mois

Le Star va bientôt mettre en service à Rennes sept bus 100% électriques, qui seront lancés à l'occasion de inOut. | BlueBus

Fruits d’un partenariat entre Rennes Métropole et le groupe Bolloré, ces véhicules amorcent un renouvellement des bus vers des énergies plus propres. Ils amènent cependant beaucoup de changements, impliquant une modification complète de la chaîne logistique.

« Pour l’événement inOut, nous allons présenter les premiers Bluebus de 12 m avec trois portes ». Cette annonce vient de Marie Bolloré, directrice générale des applications mobilité électrique du groupe du même nom.

Il s’agit de la matérialisation du partenariat d’innovation mis en place en février 2017, entre Rennes Métropole et le constructeur automobile. Il prévoyait la fabrication de sept bus 100 % électrique dans la capitale bretonne.

Les deux premiers seront donc livrés pendant inOut afin d’assurer la navette entre le Mail et l’Esplanade Charles de Gaulle. Les autres seront, eux, disponibles à l’issue de ce rendez-vous.

Système de chauffage innovant
Outre leur mode de consommation d’énergie, les bus innovent par un « double système de chauffage », explique la fille de Vincent Bolloré. En plus de l’électrique, ils disposeront de panneaux latéraux « qui vont permettre d’avoir un bon rendement ». Une nouveauté qui sera « testée grâce à Rennes ».

Encore au stade du développement, le bus articulé de 18 mètres devra encore attendre pour sortir de l’usine. Son petit frère de 12 m vient lui d’être labellisé "Origine France garantie". En plus de l’assemblage à Rennes, les batteries sont en effet produites à Quimper dans l’usine du groupe.

Elles offrent au véhicule une autonomie moyenne de 200 km après 4 heures de recharge.

Un mode de transport à repenser
Sur ce point, une phase de test va s’engager avec Rennes Métropole et Keolis. « Tout l’écosystème est modifié par cette nouveauté », explique Marie Bolloré. Faut-il recharger les véhicules uniquement la nuit en dépôt ? Chaque fois que cela est possible sur le trajet ?

Des questions qui seront tranchées dans les mois à venir pour adapter les infrastructures. De même, si un bus électrique coûte plus cher à l’achat qu’un diesel, BlueBus « essaie de montrer que sur la durée d’exploitation, le compte s’équilibre ». Cela s’explique par un carburant moins cher et une maintenance plus faible.

Des évolutions qui suscitent l’intérêt de nombreuses métropoles, qui profiteront ainsi des tests réalisés dans la capitale bretonne.

Anthony Chénais

Source : www.ouest-france.fr
Partager

Laisser un commentaire :