L'Ademe prône une baisse de consommation d'énergie de 30% d'ici 2035

Challenges Challenges - il y a 3 mois

Ces propositions s'inscrivent dans le cadre du débat en cours sur le programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) pour les périodes 2019-2023 et 2024-2028, que le gouvernement doit présenter en juillet avant un texte définitif prévu à la fin de l'année - REGIS DUVIGNAU

La France doit réduire sa consommation d'énergie de 30% d'ici à 2035 et augmenter sa production d'énergie renouvelables de 70% d'ici 2028 pour concrétiser sa politique de transition énergétique, selon des propositions de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) présentées mardi.

Ces propositions s'inscrivent dans le cadre du débat en cours sur le programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) pour les périodes 2019-2023 et 2024-2028, que le gouvernement doit présenter en juillet avant un texte définitif prévu à la fin de l'année. Au-delà de l'amélioration des technologies et de l'efficacité énergétique, l'Ademe estime qu'une baisse de la consommation d'énergie de 30% en 2035 (par rapport à 2016) doit reposer sur une rénovation du parc de bâtiments - avec en particulier un plan de rénovation massif sur le parc existant - et sur une évolution progressive de la mobilité des personnes et du transport de marchandises.

Toujours par rapport à 2016, l'établissement public juge qu'une augmentation de 70% de la production d'énergies renouvelables est "techniquement possible et économiquement souhaitable" si on intègre le prix du carbone aux énergies fossiles. L'Ademe estime que la biomasse et les pompes à chaleur à haut rendement pour la chaleur, l'éolien et le photovoltaïque pour l'électricité, ainsi que la méthanisation pour le biogaz "ont une place majeure et sont incontournables" dans le cadre d'un doublement de la part de renouvelables dans la consommation finale d'énergie d'ici 2028, la loi visant en outre un niveau de 32% en 2030 contre 15% actuellement.

La création de 340.000 emplois d'ici à 2035

Ce doublement reviendrait à passer d'une production d'énergies renouvelables de 290 térawatts-heure (TWh) à fin 2016 à près de 490 TWh en 2028, l'établissement public soulignant que, si la chaleur représente la plus grande partie des renouvelables en valeur absolue, les moyens de production d'électricité "auraient la dynamique de croissance la plus forte". Toujours selon l'Ademe, les coûts de production du photovoltaïque et de l'éolien terrestre devraient continuer à baisser pour atteindre environ 50 euros par mégawatt/heure (MWh) à l'horizon de 2030 et l'évolution du mix énergétique de la France pourrait représenter la création de 340.000 emplois d'ici à 2035.

A ce même horizon, le déficit commercial du pays lié aux importations d'énergie pourrait en outre être réduit de 60% et la baisse de consommation d'énergie associée au développement des renouvelables se traduirait par une hausse de 7,5% du revenu disponible des ménages par rapport à un scénario de référence. "Si la France veut tenir ses objectifs, il faudra mettre un peu plus d'argent et assumer aussi un discours de baisse de la consommation", a estimé lors d'une conférence de presse Arnaud Leroy, le nouveau président de l'Ademe.

(avec AFP)

Source : https://www.challenges.fr/entreprise/energie/l-ademe-prone-une-baisse-de-consommation-d-energie-de-30-d-ici-2035_588739

Partager

Laisser un commentaire :