Saint-Brieuc. Trente-six actions pour mieux se déplacer dans l'agglomération

Ouest France.fr Ouest France.fr - il y a 7 mois

La ligne de bus en site propre Transport Est-Ouest (TEO) était un investissement phare, inscrit dans le premier plan de déplacements urbains en 2006. | Thibaud Grasland

Saint-Brieuc Armor Agglomération affine son nouveau plan de déplacements urbains (PDU) pour les dix ans à venir. Rocade, bus, vélos, intermodalité... Mercredi, à Plérin, des mesures seront présentées.

Aujourd'hui, la volonté des collectivités est claire et assumée : limiter l'utilisation de la voiture et créer des villes « apaisées » où les bus, les vélos et les piétons prennent le pas sur la circulation automobile. À Saint-Brieuc, ce choix se caractérise par la mise en place prochaine d'une grande zone 30 qui va bien au-delà des limites du centre-ville.

Près de 380 000 déplacements quotidiens sont effectués chaque jour en voiture dans les 32 communes de Saint-Brieuc Armor agglomération. Pour 59 % de ces déplacements, le conducteur est seul dans sa voiture. Coût de l'essence, pollution, bouchons... les effets négatifs sont nombreux.

TEO, le PEM et la rocade dans la première version du PDU
Même si les déplacements à pied ou à vélo prennent de plus en plus d'importance (plus d'un sur quatre dans l'agglo), le but n'est pas de chasser la voiture. Il s'agit de la laisser au maximum en dehors des villes et d'optimiser son usage avec le covoiturage, par exemple.

Ces objectifs sont inscrits dans le plan de déplacements urbains (PDU), un document « à disposition des élus, pour inscrire les besoins des habitants en termes de mobilité et de déplacements, dans nos projets », disait Ronan Kerdraon l'an dernier.

Une première version du PDU (2006-2016) vient de se terminer. De lourds investissements étaient inscrits dans ces 84 pages comme la ligne de bus en site propre Transport Est-Ouest (TEO), le Pôle d'échanges multimodal (PEM) à la gare ou la rocade. Des actions ont été réalisées, d'autres sont en cours de réalisation (TEO, rocade), quelques-unes sont tombées aux oubliettes (comme l'expérimentation du transport de vélo dans les bus).

Un plan de déplacements pour 32 communes
Pour les dix années à venir, l'Agglo doit créer un nouveau plan de déplacement urbain. Elle a consulté largement les habitants ces derniers mois lors de différentes réunions. Près de 300 habitants de l'agglo y ont participé. Une restitution sera faite mercredi soir, à Plérin. « Certaines propositions ont été retenues, d'autres non. Nous avons dû faire des choix », préviennent Hugues Lesage, élu en charge du dossier, et Benjamin Pascou, qui a planché sur ce document pendant des semaines.

« La difficulté, c'est qu'à budget constant, nous devons réaliser un PDU qui s'étend à l'échelle de 32 communes », explique Benjamin Pascou. Le document doit anticiper les déplacements de 150 000 habitants de Tréveneuc à Ploeuc-L'Hermitage, le précédent se limitait aux 13 communes de l'ex-agglomération briochine.

Les entreprises financent
Pour réaliser les 36 actions du PDU, Saint-Brieuc Armor agglomération a une enveloppe d'environ 25 millions d'euros (qui inclut le coût de fonctionnement supplémentaire pour le réseau de bus). Pour alimenter ce budget, il y a le versement transport, une contribution actuellement payée par les employeurs de plus dix salariés dans les treize communes de l'ex-agglomération (1,6 %).

Les entreprises des ex-communautés de Quintin, Sud-Goëlo et Centre Armor Puissance 4 (ainsi que Saint-Carreuc) ne payent toujours pas le versement transport. Ce sera le cas à partir de 2019. Le taux augmentera d'année en année pour atteindre 1,6 % et l'équité sur les 32 communes en 2022.

Source : www.ouest-france.fr

Partager

Laisser un commentaire :