Renault va investir plus de 1 milliard d’euros pour produire des véhicules électriques en France

Le Monde.fr Le Monde.fr - il y a 2 mois

Une nouvelle plate-forme technique de l’Alliance, dédiée aux véhicules électriques, sera créée à l’usine de Douai (Nord). RGA / REA

Le constructeur a annoncé jeudi vouloir investir dans quatre sites industriels afin de développer son offre de véhicules électriques en Europe.

Renault va-t-il électriser la France ? Le constructeur a annoncé, jeudi 14 juin, vouloir investir plus de 1 milliard d’euros dans quatre sites industriels de l’Hexagone, afin de développer son offre de véhicules électriques sur le continent européen. L’entreprise ne dévoile pas l’échéance de ses investissements mais ceux-là s’insèrent dans le plan stratégique « Drive the Future », dévoilé en 2017 et qui court jusqu’en 2022.

L’ambition affichée dans le communiqué est de faire de la France « un pôle d’excellence du véhicule électrique de Renault dans l’Alliance ». Le groupe français est en effet intégré dans une entité automobile franco-japonaise, l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, qui revendique 10,6 millions de véhicules commercialisés dans le monde en 2017.

L’élément-clé du dispositif sera l’introduction d’une nouvelle plate-forme technique de l’Alliance, dédiée aux véhicules électriques, à l’usine de Douai (Nord), qui deviendra le deuxième site d’assemblage Renault de véhicules électriques après Flins (Yvelines). Pour le moment, les deux partenaires Nissan et Renault, tous deux leaders de la mobilité électrique avec leurs best-sellers Renault Zoe et Nissan Leaf, produisent ces véhicules avec des composants élémentaires différents.

Huit modèles 100 % électriques
Cette nouvelle plate-forme servira donc de base commune à de nouveaux modèles de voitures à batterie, des trois marques de l’Alliance. Le plan « Drive the Future » du groupe Renault prévoit le lancement de huit modèles 100 % électriques et de douze véhicules hybrides d’ici à 2022. Actuellement, Renault présente à son catalogue cinq véhicules : la Zoe (qui s’est vendue en 2017 à 32 000 exemplaires, en hausse de 44 %), les utilitaires Kangoo ZE et Master ZE, le petit monoplace Twizy et, sous la marque Samsung, une berline électrique destinée au marché asiatique.

Voilà pour les créations. Concernant l’existant, le dispositif prévoit le doublement des capacités de production de Zoe et le lancement d’une nouvelle version à l’usine de Flins (Yvelines), à ce jour unique site de production de la Renault Zoe. D’ici à 2022, les capacités de production de la Zoe passeront de 60 000 unités par an en 2018 à environ 120 000.

L’usine de moteurs de Cléon (Seine-Maritime) verra sa capacité de production de moteurs électriques tripler (passant de 80 000 à 240 000) et l’introduction d’un moteur de nouvelle génération en 2021. Quant à l’usine de Maubeuge (Nord), elle bénéficiera d’investissements pour la future génération de la famille Kangoo, dont la Kangoo ZE électrique.

Incontestablement, la nouvelle est réjouissante pour l’industrie française. La CFDT a salué « un signe positif pour l’emploi et la montée en compétence des salariés » dans « des thématiques d’avenir ». « Ces excellentes nouvelles doivent permettre de négocier un droit syndical innovant », ajoute le syndicat dans un communiqué.

Carlos Ghosn, PDG à la fois de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi et de la marque française proprement dite, devrait approuver ces paroles. « L’accélération de nos investissements en France pour le véhicule électrique va permettre d’améliorer la compétitivité et l’attractivité de nos sites industriels français », a déclaré M. Ghosn, cité dans le communiqué de presse. Il devrait être reconduit pour quatre ans à la tête du groupe Renault, avec la bénédiction de l’Etat français, lors de l’assemblée générale de l’entreprise, vendredi 15 juin.

Éric Béziat

Source : https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/06/14/renault-va-investir-plus-d-1-milliard-d-euros-pour-developper-les-vehicules-electriques_5314984_3234.html

Partager

Laisser un commentaire :