Le covoiturage dans Dinan agglomération : vers un grand bol d'air ?

Ouest France.fr Ouest France.fr - il y a 4 mois

Dinan agglo compte 24 aires de covoiturage principalement réparties le long de la RN176. Comme ici, à la sortie de la zone des Alleux entre Taden et Dinan I OUEST FRANCE

Dinan agglomération compte 24 aires de covoiturage. Certaines sont labellisées, d’autres en passe de l’être. Tandis que de nouvelles aides à la mobilité vont naître.

En ce jeudi de la Fête de la musique, les musiciens des Cap’Horniers de la Rance se regroupent sur l’aire de covoiturage de Dombriand, à Taden. Du nom du nouveau giratoire à la croisée des chemins vers la RN176 en direction de Saint-Malo et vers l’intérieur des terres et Dinan.

« Plutôt que de partir à dix voitures vers Saint-Malo, nous n’en prenons que deux », fait valoir son sens pratique, Thérèse Lafond, habitante de Saint-Samson-sur-Rance. La conductrice fait le pied de grue en attendant ses camarades venus de Dinan, Corseul, Le Hinglé et Languenan.

Cette aire est labellisée. En témoigne le panneau à fond blanc sur lequel est dessinée une voiture noire et encadré d’un liseré bleu. Mais ce n’est pas le cas des 24 espaces de rencontre pour automobilistes recensés sur le territoire de Dinan agglomération. « Dix sont encore informels », pointe Didier Lechien, son vice-président en charge des transports.

Quatre nouvelles aires sont prévus en 2019
Depuis le 1er janvier 2017, la compétence transport est reprise par l’intercommunalité. Elle prévoit la labellisation de toutes les aires et la création de « quatre autres, courant 2019, à proximité de certains grands axes et de grands giratoires », pour un montant estimé à 167 000 €. Leur emplacement reste à déterminer.

Reste à savoir si ces parkings seront profitables aux automobilistes excentrés au nord et au sud de la RN176. Car, pour l’instant, ces deux larges zones sont peu équipées, à l’inverse du ruban national qui bénéficie d’aires à intervalle régulier. Une « différence » repérée par l’élu qui remarque qu’il « faut s’adapter aux réalités géographiques ».

Ouestgo et Rezo Pouce
Toujours dans l’optique d’améliorer la mobilité, deux applications gratuites pour smartphone Ouestgo.fr et Rezo Pouce permettront de connecter les usagers de la route. Un peu comme Blablacar.

La première citée est une plateforme imaginée par l’État et les collectivités bretonnes. La seconde se veut plus dans l’esprit de l’auto-stop et « sera disponible au cours de l’année 2019 sur le territoire ».

Il suffira de s’inscrire et de se rendre sous un panneau dédié pour « se faire conduire au marché par un membre du réseau », prend pour exemple Didier Lechien.

Des arrêts de bus prévus à proximité des aires de covoit'
Certes, le covoiturage ne réglera pas tous les problèmes de mobilité. « Il faut aussi s’appuyer sur l’existant, à savoir le réseau Tibus et le transport scolaire pour servir les véritables enjeux que sont l’attractivité et le développement pour notre territoire. »

C’est pourquoi certaines aires feront également office « de parking relais avec des arrêts de bus à proximité ».Rappelons qu’au 1er décembre, quatre lignes de bus supplémentaires seront déployées pour desservir Dinan, Quévert, Taden, Lanvallay et une partie de Trélivan. « L’idée est de combler les trous dans la raquette ! »

Paul Péan

Source : www.ouest-france.fr


Partager

Laisser un commentaire :