L'avenir du transport français : de multiples voies pour garantir une transition énergétique durable

La Provence La Provence - il y a 29 jours

La mise en place de bornes de recharge est un lourd investissement pour les finances publiques, mais ce dernier sera-t-il durable ? PHOTO J-C.D.

À l'heure où le changement climatique est sur toutes les lèvres et où l'énergie semble plus que jamais une ressource précieuse, peut-il n'y avoir qu'une alternative unique aux énergies fossiles ?

Face aux problématiques écologiques et économiques liées à l'utilisation des énergies fossiles, de nombreux pays semblent reproduire la solution unique du déploiement de véhicules électriques rechargeables. Ce mode de transport électrique paraît en effet cumuler tous les avantages : le véhicule n'émet plus de rejets induits par sa motorisation tandis que les sources de production électrique peuvent être nombreuses et variées. Pourtant tout n'est pas si simple en matière de transport et d'énergie : on estime par exemple que la moitié des particules fines émises par un véhicule traditionnel a pour origine les frottements exercés par ses pneus et ses freins, cela signifie donc que ces particules sont également produites par les véhicules électriques...

Une production de batteries en forte croissance   

D'autre part, tout véhicule à propulsion électrique doit pouvoir stocker son énergie électrique afin de posséder une autonomie (environ 200 à 300 kilomètres réels sur la plupart des modèles de marque généraliste). Ce rôle est dévolu aux batteries, le plus souvent à technologie lithium (contenant généralement une électrode en cobalt). Or, les productions actuelles de cobalt et de lithium ne peuvent répondre à la demande croissante massive pour ces métaux. Il en résulte une hausse globale des prix à la tonne et surtout une très grande volatilité des cours qui pourrait compromettre l'utilisation industrielle durable et économiquement viable de cette technologie rechargeable censée remplacer à elle seule les énergies fossiles.

Le lithium et le cobalt deviendront-ils le pétrole du 21e siècle ?  

La stratégie de déploiement en cours des véhicules électriques empruntée par la quasi totalité des pays occidentaux et industrialisés pourrait ainsi être ralentie, voire même stoppée faute de ressources disponibles pour tous. Déjà les principaux industriels de l'industrie automobile et high-tech se livrent une "guerre logistique" sans merci visant à capter l'essentiel des approvisionnements en composants indispensables. De telle sorte qu'un concurrent, même plus innovant, ne puisse commercialiser son produit faute d'approvisionnement disponible.

La plupart du temps le cobalt utilisé dans nos batteries provient du Congo, tandis que pratiquement tout le lithium consommé industriellement serait issu d'Australie et d'Amérique latine, en particulier du Chili et de l'Argentine. Le lithium et le cobalt deviendront-ils le pétrole du 21e siècle ?

Dans ce cas, le risque serait d'entraîner à nouveau avec ces métaux rares des déséquilibres écologiques et géopolitiques futurs équivalents à ceux de l'or noir depuis plus d'un siècle. Guerres économiques et conflits militaires réels étant de tous temps étroitement liés...

Diversifier les technologies, donc les ressources naturelles utilisées 

On estime aujourd'hui qu'il y a environ 3 millions de véhicules électriques en circulation dans le monde. Qu'adviendra-t-il demain si plusieurs centaines de millions de conducteurs s'équipent en véhicules électriques dotés du même type de batterie ? La recherche de nouvelles technologies de batterie diversifiant l'origine des ressources naturelles utilisées semble donc indispensable à la pérennité écologique et économique du véhicule électrique. La question de l'impact futur de ces millions de véhicules électriques sur les infrastructures de production et de distribution d'électricité soulève également nombre de questions techniques et écologiques. In fine, il s'agirait de choisir un modèle d'aménagement des territoires viable économiquement tout en y intégrant l'ensemble des modes de transport de demain. La convergence de très nombreux investissements publics pour déployer un maillage gigantesque de réseaux de recharges électriques ne risque-t-il pas de devenir une sorte de coûteux miroir aux alouettes quand cette génération de véhicules électriques "de transition" aura été supplantée ?

Un véhicule électrique à pile à combustible ne rejette que de la vapeur d'eau !

Une autre technologie pourrait en effet rendre obsolète les véhicules électriques actuels : la "pile à combustible". Ce type de pile promue notamment par Toyota et sa Miraï semble particulièrement écologique.

Le véhicule électrique à pile à combustible produit ainsi l'énergie électrique nécessaire à son moteur au fur et à mesure de son utilisation, dans ce cas une simple batterie "tampon" de taille très réduite est nécessaire. Son réservoir d'hydrogène liquide permet une autonomie d'environ 650 kilomètres en ne rejetant que de la vapeur d'eau ! De plus, l'hydrogène est une ressource naturelle disponible en quantité quasi illimitée sur notre planète mais toujours liée à des atomes d'oxygène, de soufre ou de carbone.

Par conséquent d'autres types de pile à combustible sont également utilisables telle la technologie à combustible méthane (CH4), ce dernier pouvant provenir aussi bien du "gaz naturel" que du "biogaz". Depuis 2013, Toyota s'est associé avec le leader mondial de l'hydrogène, le français Air Liquide, afin de déployer progressivement des stations de distribution d'hydrogène.

À l'heure de la mondialisation, l'avenir économique du transport français pourrait être durablement assuré par une stratégie énergétique nationale de diversification. Un "mix énergétique" équilibré garantirait en effet tout autant un avenir écologique au transport français, qu'une meilleure indépendance géopolitique pour la France.

Et comme le dit l'adage bien connu, "il ne faut jamais mettre tous ses œufs dans le même panier..."

Aurélien Voirin

Source : https://www.laprovence.com/article/economie/5115678/vehicules-electriques.html

Partager

Laisser un commentaire :