Bus urbains, quels sont les changements sur le réseau auxerrois ?

L'Yonne Républicaine L'Yonne Républicaine - il y a 2 mois

"Leo" : ainsi se nomme le nouveau réseau de bus urbains de l’Auxerrois. Les véhicules ne sont plus blancs mais roses.

L’agglomération d’Auxerre a négocié un nouveau contrat avec Transdev, l’opérateur des bus urbains. Mais qu’est-ce que cela change ? La réponse en cinq points.

Les bus ne sont plus blancs, mais roses ; le réseau ne s'appelle plus « Viva Cité » mais « Leo ». L'agglomération auxerroise a signé un nouveau contrat de délégation de service public avec l'opérateur Transdev, pour la période 2018-2023. Et il y a du changement sur la ligne.

1. Une ligne supplémentaire, des trajets modifiés.

« Ce nouveau réseau traduit une véritable montée en gamme », assure Guy Férez, le maire d'Auxerre. « Nous avions six lignes, nous en comptons désormais sept, ajoute-t-il. Avec une nouvelle au départ d'Appoigny. » La ligne 7.

Effectivement, tous les trajets ont été repensés. Certains arrêts ne sont plus desservis, d'autres le sont dorénavant. Aussi, pour améliorer la cadence des dessertes (un bus toutes les 15 au lieu de 20 minutes sur la ligne 1), les horaires ont changé.

Résultat, les habitants signalent déjà des « couacs », comme à Perrigny ou Saint-Georges. Une pétition, lancée par des habitants de « Monéteau, Sougères-sur-Sinotte, Sommeville et Pien », circule aussi via internet, sur le site change.org

« Nous avons reçu des courriers, confirme Jean-François Buisson, directeur de Transdev Auxerrois mobilité. Il faut que chacun prenne le temps de s'approprier le nouveau réseau. C'est toujours compliqué de comparer par rapport à ce qu'il se faisait avant… »

2. Des tarifs à la hausse.

Qui dit « montée en gamme » dit montée en prix. Le ticket à l'unité n'est plus à 1,20 €, mais à 1,50 €. Un tarif incitatif qui pousse à ne pas acheter son billet auprès du conducteur… mais plutôt sur l'application mobile Vivastore (1,30 € le ticket), ou par carnet de 10 (11 €).

3. Le prix des abonnements baisse, mais le « tarif étudiant » disparaît.

« Les abonnements ont baissé », assure Jean-François Buisson, directeur de Transdev Auxerrois mobilité. L'abonnement annuel passe de 335 € à 300 € (tarif plein). Et de 176 € à 160 € pour les moins de 26 ans.

En revanche, « il n'y a plus de tarification scolaire », mais seul un tarif unique pour les moins de 18 ans, à 85 € par an (contre environ 60 € auparavant).

4. Transport à la demande : un trajet supplémentaire.

Pour les secteurs de l'agglo non desservis par les sept lignes régulières, du transport « à la demande » est possible. « Trois allers-retours par jour sont désormais proposés, contre deux auparavant », indique Guy Férez.

5. La navette du centre-ville roule à l'électrique.

Enfin, les deux navettes gratuites du centre-ville roulent désormais à l'électrique, et non plus à l'essence. Autre nouveauté, les usagers ne peuvent plus arrêter la navette à la volée, en levant la main, ni en descendre quand bon leur semble. Dorénavant, la navette effectue un parcours balisé, de la place de l'Arquebuse jusqu'au Pôle d'échanges multimodal de la porte de Paris.

Romain Blanc

Source : https://www.lyonne.fr/auxerre/economie/2018/09/03/bus-urbains-quels-sont-les-changements-sur-le-reseau-auxerrois_12967493.html#refresh

Partager

Laisser un commentaire :