Comment la région Nouvelle-Aquitaine gère le transport scolaire en Creuse ?

La Montagne La Montagne - il y a 10 jours

Désormais les cars scolaires seront aux couleurs de la Nouvelle-Aquitaine. © Floris Bressy

Gérés par le Département jusqu’à l’an dernier, les transports scolaires sont désormais du ressort de la Région. Explications avec l'élu référent Jérôme Orvain.

Des autocars blancs siglés d’une tête de lion rouge, celui de Nouvelle-Aquitaine : il va falloir s’y habituer. À partir de cette rentrée, c’est la Région et non plus le Département qui gère le transport scolaire sur notre territoire – ainsi que plusieurs lignes interurbaines et certains transports à la demande.

Le transfert de compétence s’est effectué l’an dernier dans le cadre de la loi NOTRe. Nouveau référent transport de la Région pour la Creuse, l’élu (EELV) Jérôme Orvain assure que cela ne changera rien à la qualité de ce « service public et de proximité » et laisse même entrevoir quelques pistes pour l’avenir.

5.500 élèves, 370 circuits 

Avec 5.500 élèves transportés sur 370 circuits et 4.000 points d’arrêt, les jeunes Creusois seraient les mieux desservis de tous les Néo-Aquitains. Cela grâce à un maillage territorial très fin mis en place en son temps par le Département et actualisé chaque année par une soixantaine de collectivités locales (communes et communautés de communes), les mieux à même de connaître les besoins de la population et la physionomie des routes…

Cette spécificité creusoise qui tient dans son habitat dispersé rend presque obligatoire le sur-mesure : « Nous devons ramasser élève par élève, village par village. Voilà pourquoi nous pouvons avoir ici 500 mètres entre deux points d’arrêt alors que c’est deux ou trois kilomètres dans d’autres départements », explique Jérôme Orvain.

Le principe des appels d’offres fait qu’il y a une tendance à la concentration par de grands groupes nationaux

À titre de comparaison, il n’y a “que” 250 tournées et moins de 4.000 points d’arrêt en Lot-et-Garonne, bien que ce département compte deux fois plus d’élèves à transporter (11.000). Ces tournées sont élaborées en fonction des besoins donc, mais aussi de règles strictes sur la sécurité et le temps de transport, souligne l’élu. Ainsi par exemple, un élève ne doit pas, autant que faire se peut, avoir plus d’1 h 30 de transport par jour (trois quarts d’heure le matin, trois quarts d’heure le soir…)

Un tel niveau de service est d’autant plus important pour le territoire qu’il est aussi pourvoyeur d’emplois : en Creuse, pas moins de six sociétés de transports interviennent pour les scolaires, soit trois cents postes de conducteurs au total. « Il y a un enjeu pour que cela reste attribué à des entreprises locales, car le principe des appels d’offres fait qu’il y a une tendance à la concentration par de grands groupes nationaux », reconnaît Jérôme Orvain.

Vers des transports gratuits ?

Mais pour l’heure l’élu-référent ne s’inquiète pas outre mesure et préfère pointer d'autres enjeux : la progression des inscriptions sur le site Internet (transports.nouvelle-aquitaine.fr[2]) et la question des tarifs. « Nous travaillons à une harmonisation des transports et des tarifs dans toute la Région qui interviendra à la rentrée 2019, explique l’élu et référent transport Jérôme Orvain. Il y a une discussion pour qu’un jour ce soit gratuit mais ce ne sera pas à cette date-là. »

Si la discussion existe, c’est parce que certains départements ont déjà sauté le pas à l’époque où c’était de leur ressort, en Lot-et-Garonne notamment. Reste à savoir dans quel sens il sera plus facile d’harmoniser tout le monde… Pour l’heure, la Région finance 85 % du coût du transport là où les Départements finançaient de 80 à 100 %. Le reste revient à la charge des familles. En Creuse, le coût moyen annuel pour une famille est de 130 euros, pour un coût total de 6 millions €.

Source : https://www.lamontagne.fr/gueret/education/transport/2018/09/10/comment-la-region-nouvelle-aquitaine-gere-le-transport-scolaire_12976167.html#refresh

Partager

Laisser un commentaire :