Le biométhane injecté : vers l'autonomie énergétique

Les Echos Les Echos - il y a 3 mois

Des micro-algues s'alimentent en CO2 dans des bassins afin d'être transformées en carburant. - ALAIN JOCARD/AFP

La France veut booster la filière méthanisation agricole, productrice à l'horizon 2030 de 90 % du biogaz, pour répondre aux exigences de la programmation pluriannuelle de l'énergie. De leur côté, les collectivités ont perçu l'intérêt du procédé pour leur territoire.

Des initiatives dans les collectivités
Valence et sa gestion des boues mutualisées. Grenoble et son nouveau méthaniseur pour traiter les biodéchets. Montpellier et sa plus grosse usine de méthanisation d'ordures ménagères. Mais aussi Perpignan, Le Mans, Dijon, Marseille, le Syctom en Ile-de-France... Poussées par la nécessité de gérer les biodéchets à l'horizon 2025 et conscientes des bienfaits de leur valorisation, autant du point de vue financier que de l'emploi ou de leur image auprès des électeurs, les collectivités verdissent leurs initiatives.

Pour tester les intrants et optimiser la production, la filière méthanisation dispose d'un pool de 44 chercheurs et d'une dizaine de centres techniques, comme le technocentre d'Arras, un centre de R&D, vitrine du savoir-faire des Hauts-de-France, qui regroupe les acteurs des collectivités, du monde agricole et industriel. « Notre profession vient de lancer un Centre technique national du biogaz et de la méthanisation. Notre objectif, c'est de créer des unités mixtes pour comprendre comment optimiser les mélanges d'intrants issus de la méthanisation agricole, de la méthanisation des boues de station d'épuration et celle des biodéchets. Dans les années à venir, nous allons avoir besoin de mélanges conséquents ! » prévient Marc Schlienger du Club Biogaz.

Véronique Pouzard

Source : https://www.lesechos.fr/thema/0302284108896-le-biomethane-injecte-vers-lautonomie-energetique-2207704.php

Partager

Laisser un commentaire :