Nantes: Covoiturage, mobilité, e-busway... De nouveaux objectifs fixés à la TAN

20 Minutes 20 Minutes - il y a 1 mois

Le constructeur Hess prépare le futur e-busway nantais — Hess

Nantes métropole passe un nouveau contrat de 7 ans avec la Semitan...

La décision vient d’être validée par les élus de Nantes métropole. Au 1er janvier 2019, une nouvelle délégation de service public pour l’exploitation du réseau de transports en commun nantais sera passée avec la Semitan[1]. L’entreprise, qui était étonnamment la seule candidate à sa succession, a été retenue pour les 7 ans à venir.

L’objectif quantitatif qui lui a été donné se veut résolument « ambitieux » : augmenter de 10 % l’offre de service[2] (soit 400.000 kilomètres supplémentaires par an), augmenter de 13 % la fréquentation (soit dépasser les 160 millions de voyages annuels) et maintenir à 25 % les services affrétés (par Keolis, Quérard ou Brodu, par exemple). Les moyens alloués, eux, augmenteront de 20 %, assure Nantes métropole, laquelle entend s’appuyer encore plus qu’avant sur la TAN pour « réduire la part des déplacements en voiture » [de 43 % à 27 % d’ici à 2030[3]].

En covoiturage avec sa carte Libertan en 2020

Pour y parvenir, la collectivité charge l’entreprise de devenir un « coordinateur des mobilités ». « On gardera un opérateur pour Bicloo[4], un autre pour les parkings… Mais on veut que la TAN simplifie le parcours des usagers en proposant un titre de transport unique, des tarifs combinés, un paiement centralisé », explique Bertrand Affilé, vice-président de Nantes métropole.

Plus surprenant, la TAN se verra confier la mission d’intégrer une offre de covoiturage. Réservée aux titulaires de la carte Libertan[5], elle permettra, via une application, de planifier un trajet de covoiturage à l’avance ou au dernier moment. « On veut inventer un service top qui incite les voyageurs à covoiturer. Il n’y a pas vraiment d’équivalent en France à l’heure actuelle. On espère être prêts pour 2020-2021 », glisse-t-on à Nantes métropole.

Par ailleurs, le nouveau contrat demande à la Semitan d’améliorer l’accessibilité du réseau pour les personnes à mobilité réduite et de renforcer la sécurité à bord des véhicules (renouvellement de la vidéosurveillance embarquée, création d’un PC sûreté pour accélérer les interventions, formation du personnel renforcée…).

Lancer le e-busway et prolonger le tramway

Enfin, les sept prochaines années seront marquées par la mise en service de nouvelles infrastructures. D’abord, le e-busway, nouveau véhicule articulé 100% électrique pour la ligne 4[6]. Plus grand (capacité de 150 places au lieu de 110), il circulera à partir de septembre 2019. Il y aura aussi, en 2021, le prolongement de la ligne 1 de Ranzay à Babinière (en empruntant le pont de la Jonelière) où sera créé un pôle d’échange avec le tram-train et les bus.

Il y aura également la mise à flot de quatre nouvelles lignes de navibus[7] sur la Loire entre 2020 et 2023. A plus long terme, il faudra aussi préparer le développement du tramway sur l'île de Nantes[8] et jusqu’à Rezé Atout-sud à l’horizon 2026.

Frédéric Brenon

Source : https://www.20minutes.fr/nantes/2351539-20181009-nantes-covoiturage-mobilite-e-busway-nouveaux-objectifs-fixes-tan

Partager

Laisser un commentaire :