La RATP veut lancer son premier bus autonome dans le Val-de-Marne

Le Parisien Le Parisien - il y a 26 jours

La ligne 393 (Sucy-Thiais) servira de « terrain de jeu » en situation réelle pour expérimenter des bus autonomes. Julien Solonel

Il s’agira de la première expérimentation d’un bus avec un certain degré d’autonomie sur une ligne commerciale.

Une grande première.La RATP veut faire circuler l’an prochain des bus (presque) autonomes, avec des passagers à bord, sur la ligne 393 dans le Val-de-Marne, a annoncé ce vendredi sa directrice de l’innovation Marie-Claude Dupuis.

Disposant de sa propre voie, séparée du reste des usagers de la chaussée, la ligne 393 qui relie Sucy - Bonneuil et Thiais (94), est le lieu idéal de l’expérimentation selon la RATP. L’année prochaine, les premiers bus y circuleront de façon autonome, même en service commercial. Le machiniste ne sera là qu’en cas de besoin et pour répondre aux passagers du bus.

Il y aura toujours un conducteur à bord
Un chauffeur sera encore présent à bord. « On ne va pas lâcher un bus autonome dans la nature comme ça, sans précaution », a souligné Marie-Claude Dupuis. Ces tests avec des bus standards de 12 m, doivent selon la RATP servir à « maîtriser les performances du véhicule autonome qui permettent de gagner en performance et en sécurité ».

La RATP a déjà transporté plus de 80.000 personnes dans diverses expérimentations de navettes autonomes, à Paris, Austin, aux États-Unis, Boulogne-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais, et Bruxelles, et s’intéresse aussi à l’automatisation des manœuvres des véhicules dans ses dépôts.

« Nous faisons actuellement appel aux constructeurs de bus pour tester les différents prototypes, détaille Marie-Christine Dupuis. Ils vont venir expérimenter chacun leur matériel, avec leurs différents degrés d’autonomie. » L’objectif de ces expérimentations est de mieux maîtriser ces appareils et d’un jour, gérer un réseau de navettes autonomes.

L’opérateur regarde également si certaines lignes de bus pourraient être remplacées, en heure creuse, par une navette autonome.

Jila Varoquier

Source : www.leparisien.fr


Partager

Laisser un commentaire :