La loi pour les transports du quotidien suffira-t-elle?

L'Usine Nouvelle L'Usine Nouvelle - il y a 3 mois

L’État prévoit d’investir 2,6 milliards d’euros d’ici à 2027 pour désaturer les nœuds ferroviaires et doubler la fréquentation dans les grands pôles urbains.

Difficile de ne pas saluer l’initiative d’une loi d’orientation des mobilités (LOM), alors qu’aucun gouvernement ne s’était lancé dans un tel chantier depuis 1982. Encore faudra-t-il convaincre la SNCF de renoncer à sa politique malthusienne.

 Difficile de ne pas saluer l’initiative d’une loi d’orientation des mobilités (LOM), présentée en Conseil des ministres, lundi 26 novembre, alors qu’aucun gouvernement ne s’était lancé dans un tel chantier depuis 1982. Difficile de ne pas se satisfaire du retour des transports du quotidien au premier plan après les années TGV et l’abandon d’une partie du réseau – suppression de la plupart des trains de nuit, gares de petites villes non desservies, réduction du nombre de trains sur certaines lignes.

Encore faudra-t-il convaincre la SNCF de renoncer à sa politique malthusienne. Ce retour du transport du quotidien doit s’accompagner d’un plan d’investissement important. Comme il l’avait annoncé en septembre, le gouvernement va programmer 13,4 milliards d’euros sur les cinq prochaines années et 14,3 milliards sur les cinq suivantes pour maintenir un équilibre entre les ressources disponibles et les investissements.

Des investissements qui doivent donner accès à la mobilité à tous en ne misant pas uniquement sur le train. L’exécutif prévoit de consacrer 1,2 milliard d’euros sur dix ans aux mobilités propres, partagées et actives. Les fonds mobilisés devront aussi favoriser le développement de la voiture électrique, l’hydrogène, le véhicule autonome... Car le système actuel ne fonctionne pas. D’après l’Union des transports publics et ferroviaires (UTP), entre 2014 et 2016, les territoires couverts par les transports publics en province ont augmenté de 25 %, alors que la fréquentation ne progressait que de 2 %. Pour les professionnels du transport public, cette "boîte à outils" constitue une avancée significative. "La LOM offre un cadre juridique. Si elle n’apporte pas toutes les solutions, elle permet de les mettre en place de façon pérenne et pas seulement à titre expérimental, se réjouit Thierry Mallet, le président de l’UTP et PDG de Transdev. En 2017, les Assises de la mobilité ont montré qu’il existe un réel malaise des populations qui n’ont pas d’autre alternative que la voiture. La LOM tente de prendre en compte ce sujet en offrant la possibilité de créer des autorités organisatrices des transports."

Un milliard d’euros est porté sur le désenclavement routier, quitte à défendre des projets, "d’un autre âge" selon ses détracteurs, comme le contournement ouest de Strasbourg. De même que certains ­s’offusquent de l’une des rares surprises de ce projet de loi, l’absence du péage urbain. "Il serait vécu comme créant de nouvelles fractures", a indiqué la ministre des Transports, Élisabeth Borne. L’ombre des Gilets jaunes n’est jamais très loin... Et Thierry Mallet de renchérir : "Le péage urbain ne doit pas être le moyen de faire payer les riches et de bloquer l’accès aux plus pauvres. L’enjeu social est aussi important que l’enjeu écologique."

Si la plupart des ONG ont salué les avancées, Réseau Action Climat a regretté que "les engagements de fin de vente des véhicules diesel et essence ne figurent pas dans la loi." L’association s’inquiète aussi d’un forfait mobilité durable, qui permettra aux employeurs de verser jusqu’à 400 euros par an aux salariés ayant recours au covoiturage et au vélo, mais ne sera pas obligatoire. La Fondation pour la nature et l’homme (FNH) regrette, comme Greenpeace et le WWF, "l’absence de cap écologique et social pour sortir du tout-voiture". Quant à l’absence d’une vignette pour les poids lourds...

Quant aux projets de LGV, ils sont "phasés" et repoussés pour la plupart aux calendes grecques.

Olivier Cognasse

Source : https://www.usinenouvelle.com/article/la-loi-pour-les-transports-du-quotidien-suffira-t-elle.N777959

Partager

Laisser un commentaire :