A Metz, l'adjoint à la mobilité explique les avantages de l'autopartage

Le Républicain Lorrain Le Républicain Lorrain - il y a 6 mois

L’installation d’une station avec une voiture revient à près de 15 000 €. « Il faut des recettes de 500 € par mois et par voiture pour la rentabiliser », indique Jean-François Virot-Daub. Photo Gilles WIRTZ

Guy Cambianica, adjoint au maire de Metz en charge de la mobilité explique les avantages de l'autopartage. Après des débuts en demi-teinte, l’autopartage assuré par la société Citiz est de plus en plus plébiscité à Metz. En un an et demi, les utilisateurs de Citiz ont doublé. Et avec un parc qui ne cesse de s’agrandir, ils seront sans doute de plus en plus nombreux.

11 voitures à Metz
Le parc de Citiz compte onze voitures, petites, moyennes ou grandes, de quatre à sept places. « Selon une étude de l’ Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, NDLR), un véhicule en autopartage remplace près de dix voitures personnelles. Soit neuf places de stationnement gagnées », indique Jean-François Virot-Daub, directeur général de Citiz Grand Est. Avec un gain lié à l’usage : « Ce mode de transport permet 40 à 70  % de déplacements en moins. Soit 130 t de CO2 économisées sur Metz. »

9 stations
Pour le moment, Metz compte neuf stations, dont deux nouvelles place Saint-Vincent, dans le quartier des Îles, et rue de Belchamps, au Sablon. « Notre objectif est d’en proposer trois ou quatre de plus en 2019. Notamment dans les quartiers de Queuleu, ou de l’Amphithéâtre. » Ce qui porterait la flotte à quinze véhicules environ. « Cela fait quatre ans et demi que nous sommes installés à Metz. Les deux premières années ont été un peu difficiles, mais depuis deux ans, la demande est de plus en plus forte. »

500 utilisateurs
Le nombre d’utilisateurs a doublé en un an et demi, passant de 250 à 500. « Ce sont essentiellement des actifs, entre 30 et 50 ans. Avec des profils très différents : célibataires, en couple, avec des enfants… » Et beaucoup de fidèles : « Nous répondons à un réel besoin, avec une solution pratique, économique et écologique. »

60 à 70 km
Les utilisateurs parcourent en moyenne 60 à 70 km par location, sur cinq heures environ. « On peut louer à l’heure, à la journée, pour un week-end, au mois, et même pour partir en vacances, avec un tarif dégressif. Et le coût du carburant est inclus dans le prix. »

70 à 100 €
« Une voiture personnelle revient, en moyenne, de 350 à 500 € par mois, soit près de 5 000 € par an. Un abonnement tourne autour de 70 à 100 € mensuels, indique Jean-François Virot-Daub. Avec, en général, une à trois utilisations par semaine ». Et les voitures Citiz sont changées tous les quatre ans.

1  200 véhicules en France
En France, Citiz compte un parc de 1 200 véhicules. « En début d’année, Citiz Lorraine a fusionné avec Citiz Alsace, pour devenir Citiz Grand Est. Ce qui permet aux utilisateurs d’avoir le même contrat partout. Dans la région par exemple, nous avons des voitures proches de seize gares. À Metz, nous en avons une rue Gambetta. » Car les amateurs d’autopartage ont pour la plupart des habitudes de déplacements multiples : à pied, à vélo, en transports en commun, en train…

« Petit à petit, les habitudes changent. Avant, la voiture était vue comme un objet de liberté, aujourd’hui, nombreux sont ceux qui se sentent plus libres… sans voiture. »

Le parc des voitures Citiz s’étoffe petit à petit. C’est une bonne nouvelle ?
« Bien sûr. Les voitures passent plus de 95  % du temps stationnées. Mutualiser leur utilisation est une bonne chose. D’autant que la moindre utilisation de la voiture permet d’amorcer d’autres questionnements, d’autres pratiques. Sur l’organisation du travail par exemple. Pour éviter de se déplacer inutilement, et de générer des frais de fonctionnement que l’on peut éviter. Et à titre personnel, on fait sans doute d’autres choix, pour rentabiliser chaque déplacement. »

Strasbourg compte 160 voitures en autopartage. Vous avez encore une marge de manœuvre…

« Oui, mais Strasbourg compte 400 000 habitants et a commencé à développer ce système il y a dix-huit ans. Metz a 120 000 habitants et le parc va se développer. D’autant qu’il y a une véritable demande. Désormais, certains promoteurs proposent même une place de voiture en autopartage dans leurs services. »

La Ville de Metz utilise-t-elle Citiz ?
« Trois voitures Citiz sont garées près de l’hôtel de ville et sont utilisées par nos agents. Ce qui a permis d’éviter à la Ville d’acheter quatre voitures. »

Souhaitez-vous développer ce service au sein de la Métropole ?
« Oui, nous aimerions par exemple en avoir à Lorraine TGV. En revanche, c’est un système plus difficile à mettre en place dans des petites communes, où il n’existe que peu de transports alternatifs. En revanche, nous réfléchissons à l’opportunité d’installer des P + R pour faciliter le covoiturage. »

Vous souhaitez tenter l’autopartage ? C’est très simple. L’inscription se fait en ligne, ou à l’Espace Mobilité, avec votre permis de conduire et un dépôt de garantie (restitué en fin de contrat). Les voitures (qui peuvent être réservées à l’avance), s’ouvrent avec une carte magnétique ou via son téléphone portable. À l’intérieur, un clavier permet de faire un état de la propreté, et en cas de problèmes, un micro est relié à la centrale d’appel, joignable 24 h/24. Elle peut également être sollicitée en cas de panne.

Pour trouver une voiture, il suffit de consulter votre appli mobile, qui géolocalise les véhicule disponibles. « Pour le moment, les usagers sont très respectueux et nous avons eu très peu d’accidents. »

Sandra CRANÉ

Source : https://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-metz-ville/2018/12/11/et-si-vous-tentiez-l-autopartage
Partager

Laisser un commentaire :