Grand Besançon : 300 vélos électriques à louer dès 2019

L'Est Républicain L'Est Républicain - il y a 3 mois

Il y aura bientôt des vélos à assistance électrique aux couleurs de Ginko dans les rues et sur les routes du Grand Besançon. Photo Ludovic LAUDE

C’est un nouveau service que vont lancer le Grand Besançon et le délégataire Keolis dès 2019 : 300 vélos à assistance électrique Ginko seront proposés à la location pour un mois, trois mois ou un an.

C’était une « option » jusque-là : une possibilité inscrite dans la délégation de service public qui lie le Grand Besançon et la société Keolis, chargée de gérer le réseau de transport en commun Ginko. Ce sera bientôt une réalité. À partir de juin prochain, 250 à 300 vélos à assistance électrique (VAE) Ginko seront proposés à la location sur l’ensemble du réseau grand bisontin. Une première étape. Si le service rencontre « le succès escompté », le Grand Besançon compte en effet acquérir d’autres VAE en 2020 et 2021. Jusqu’à 650 vélos au total.

Des tarifs « accessibles »
L’objectif : « Favoriser l’intermodalité », notamment pour les périurbains, mais aussi « s’adapter à la topographie » du territoire (la cité comtoise et ses collines pouvant en effet dissuader certains d’enfourcher une petite reine) et, bien sûr, encourager la pratique du vélo.

Concrètement le service qui devrait être lancé avant l’été s’adressera à tous. Les vélos pourront être loués pour un mois, trois mois ou un an. Avec des tarifs « accessibles » selon Jean-Louis Fousseret, le président du Grand Besançon. Soit 25 € pour un mois de location pour un abonné Ginko (lire ci-contre).

« Nous n’avons pas choisi les vélos les moins chers possibles, souligne Michel Loyat, le vice-président du Grand Besançon en charge des transports. Nous voulons que les vélos soient robustes et suffisamment puissants pour s’adapter aux déplacements dans l’agglomération. » Les VAE du réseau Ginko disposeront donc d’une « autonomie d’au moins 60 km en mode assistance intermédiaire et d’une puissance minimum de 360 Wh ». Ils seront également soumis à des contrôles semestriels par Ginko afin de s’assurer que les éléments de sécurité (freinage, éclairage, etc.) sont toujours opérationnels et, plus généralement, que le vélo est en bon état.

Michel Loyat prévient toute critique : il ne s’agit pas d’un service concurrent pour les marchands de vélos, dit-il. « Notre objectif, c’est avant tout de permettre aux gens de tester ce type d’équipement et s’ils sont convaincus, d’acquérir leur propre vélo à assistance électrique. » À Caen, où Keolis a déjà lancé ce type de service, le délégataire a d’ailleurs négocié avec plusieurs vélocistes afin que les abonnés les plus fidèles aient droit à une réduction au moment d’acheter leur VAE.

Source : https://www.estrepublicain.fr/edition-de-besancon/2018/12/18/grand-besancon-300-velos-electriques-a-louer-des-2019

Partager

Laisser un commentaire :