Le réseau de bus amiénois Amétis prépare sa révolution

Le Courrier picard Le Courrier picard - il y a 10 mois

Les conducteurs du bus eléctrique Nemo vont débuter la formation pratique ce jeudi 17 janvier.

Le réseau de bus d’Amiens Métropole, réuni ce mardi 15 janvier pour sa cérémonie de vœux, se prépare à une année de bouleversements avec la mise en service du Bus à haut niveau de service (BHNS) en mars.

Directeur de Kéolis, qui gère le réseau de bus Amétis, Éric Patoux l’a promis lors de la cérémonie des vœux, ce mardi : « 2019 sera une grande année qui verra se concrétiser de grands projets. » Une année de concrétisation après une année de galère pour les conducteurs de bus, contraints d’évoluer dans une ville en plein travaux. « Ces travaux ont impacté le quotidien de l’ensemble de nos services, note-t-il. En premier lieu, les conducteurs qui, quotidiennement, devaient prendre connaissance des déviations, supporter la densité de la circulation et les chaussées rétrécies. Tout en faisant face au mécontentement de certains clients… »

Des mauvais souvenirs qui appartiennent dorénavant au passé. Le gestionnaire du réseau de bus se tourne désormais vers la mise en service, le 30 mars prochain, du Bus à haut niveau de service (BHNS). Un bus électrique présenté comme « écologique », « silencieux » et « économique » par Alain Gest (LR), président d’Amiens Métropole. « Le compte à rebours est lancé, souligne Éric Patoux. Nous allons vivre une véritable révolution avec, dans un premier temps, le déménagement du centre d’exploitation et de maintenance à Rivery. » Les salariés d’Amétis et leurs familles pourront bientôt visiter le nouveau dépôt à l’occasion d’une journée portes ouvertes.

La formation pratique des conducteurs débute ce jeudi
Avant le lancement du nouveau réseau de mobilité électrique (44 kilomètres aménagés, quatre lignes), les conducteurs vont poursuivre leur formation. « Ils ont déjà tous passé la formation théorique. Cela représente environ 325 personnes. La formation pratique débute ce jeudi 17 janvier, à raison de 10 conducteurs par jour. » Le lancement de Nemo, une flotte de 43 bus articulés électriques de 18 mètres de long, s’accompagnera d’outils innovants comme une nouvelle billettique qui sera également pourvue, à terme, de fonctions de post-paiement et d’open paiement par carte bancaire, un nouveau système de priorité aux feux intelligents (97 feux, contre 25 précédemment), un nouveau Système d’aide à l’exploitation (SAE), un nouveau mobilier urbain équipé de bornes d’informations voyageur et d’écrans tactiles, des consignes à vélo, des parkings relais pour favoriser le transfert modal, ou encore un nouveau logo. « Tout ça va profondément changer notre quotidien, mais je sais que je peux compter sur tous les salariés pour réussir la transformation de la modalité voulue par Amiens Métropole », affirme Éric Patoux.

Vice-président d’Amiens Métropole chargé des transports, Pascal Rifflart, aborde l’année avec un enthousiasme non feint, « fier » d’avoir contribué à mener ce grand projet (122 millions d’euros, dépôt compris) : « Quand on veut réussir un tel projet, unique en Europe, il faut une vision et s’y tenir, sans céder à ceux qui veulent vous voir échouer. Mais ce n’est pas suffisant. Il faut aussi des moyens, et la Métropole a beaucoup investi, aux côtés de la Région et de l’État. On ne réussit jamais un tel projet seul. » Une analyse partagée par Alain Gest qui a également salué « le professionnalisme, le sang-froid et le sens des responsabilités » des conducteurs de bus après une année 2018 très mouvementée. Avant de promettre « une année formidable ».

Bakhti Zouad

Source : http://www.courrier-picard.fr/160300/article/2019-01-16/le-reseau-de-bus-amienois-ametis-prepare-sa-revolution

Partager

Laisser un commentaire :