Bus, covoiturage, déplacements doux : la gare de Toul va centraliser les transports

L'Est Républicain L'Est Républicain - il y a 7 mois

Adopté par les élus communautaires, puis exposé à la réunion de quartier qui a suivi, le projet de remaniement de la gare ferroviaire est sur les rails. Un point parmi d’autres évoqués lors du conseil communautaire de jeudi.

Réaménagement », « requalification », on nommera au choix ce projet qui va changer la physionomie de la gare de Toul, et qui entre dans un programme de modernisation de toutes les gares mis en œuvre par la région Grand Est. Une vision soutenue par la communauté de communes Terres Touloises (CC2T), la SNCF, la Ville, le département et l’Etat. Les élus réunis jeudi soir autour du rapport d’orientation budgétaire ont, en tout cas, adopté son principe. Le voici, parmi les autres projets inscrits cette année au budget de la collectivité.

Faciliter les échanges multimodaux. Les environs immédiats de la gare vont donc favoriser les autres moyens de transport. À commencer par les déplacements doux avec un parvis réaménagé, ainsi que l’extrémité de l’avenue Victor-Hugo revue et corrigée, elle aussi. Quatre quais de bus sont prévus pour servir de terminus aux bus TED et voir transiter les bus du réseau Movia. Au niveau stationnement, 250 places de parking vont remplacer les 80 existantes, avec notamment des places réservées aux véhicules électriques et aux automobilistes qui optent pour le covoiturage. Une station de vélos complétera l’offre de transport.

Ovive en mode « découvrable » ?
Ces travaux sont estimés à 1,3 M€, et devraient être subventionnés pour moitié. Les études préalables à ce futur grand chantier vont avoir lieu cette année. Pour ce faire, la CC2T débloquera 198.300 €. Quant au chantier, il démarrerait en 2020, pour une durée d’un an.

Plus d’aide à l’amélioration de l’habitat. Les élus ont revalorisé l’aide versée aux habitants qui améliorent leur logement. De 500 €, elle passe à 600 €. Ce qui représente une enveloppe de 100.000 € pour la collectivité.

Le bassin d’Ovive « découvrable » ? Pouvoir découvrir le bassin du centre aquatique lorsqu’il fait beau est une option envisagée par la collectivité. Celle-ci projette déjà l’extension du bassin, la création d’une zone ludique et d’un spa. Coût de cette option possible : 320.000 €.

La base nautique André-Vecker dont la rénovation est dans les tuyaux, « et qui servira à tout le territoire », insiste le vice-président en charge des équipements sportifs Emmanuel Payeur, nécessite cette année 100.000 € pour la finalisation de l’étude de faisabilité, ainsi que la maîtrise d’œuvre.

Se tourner vers le gaz naturel vert produit par la méthanisation pour être injecté dans le réseau GRDF : telle est la question que se posent des conseillers communautaires soucieux de la transition énergétique. En ce sens, une étude va être menée. Son coût ? 25.000 €.

Stéphanie MANSUY

Source : www.estrepublicain.fr

Partager

Laisser un commentaire :