France Nature Environnement se positionne en faveur du bioGNV

Gaz-Mobilité Gaz-Mobilité - il y a 7 mois

Dans une note diffusée en septembre 2018, France nature environnement explique l’intérêt du GNV et du bioGNV pour réussir la transition énergétique.

Un carburant renouvelable et écologique majeur

Gaz Mobilité s’est procuré cette note de 14 pages sur le stand de l’AFGNV monté à Rennes (35) les 30 et 31 janvier derniers à l’occasion du salon Biogaz Europe 2019. France nature environnement avait présenté ce document quelques mois plus tôt, dans le cadre de la 4e journée d’échanges et d’information sur la méthanisation, programmée à Paris en septembre 2018.

En conclusion de son document, FNE indique : « En se gardant d’en faire une mono-solution, le bioGNV[2] a les qualités pour devenir un carburant renouvelable et écologique majeur, assurant non seulement une mobilité durable mais favorisant aussi une économie circulaire, créatrice d’emplois qualifiés et non délocalisables, et trouvant ses fondations sur un modèle agricole plus vertueux pour l’environnement et la santé publique que celui qui s’est développé sur un usage intensif de produits chimiques dont la nocivité a trop longtemps été caché ».

Pas la fin du moteur thermique

France nature environnement souligne dans sa note que la mobilité durable n’est pas forcément synonyme de la fin du moteur thermique : « Ce n’est pas le moteur à combustion qu’il est urgent d’éliminer mais bien les carburants d’origine fossile et minérale, y compris, à terme, le gaz naturel non renouvelable, mais aussi l’uranium et à plus long terme le cobalt, le lithium et autres métaux rares extraits de la croute terrestre ».

Si l’association se positionne si visiblement en faveur du bioGNV[3], c’est en particulier par souci de rééquilibrage, face à la mobilité électrique particulièrement encouragée par les pouvoirs publics, mais que FNE définit comme « une solution insatisfaisante tant sur les plans écologique, social, qu’économique ».

En remplacement de tous les moteurs diesel

« Le moins carboné de tous les hydrocarbures » ; « A l’échappement beaucoup moins de polluants et moins de GES que les carburants d’origine pétrolière » ; « Une technologie mature et bien connue des constructeurs et des pouvoirs publics » ; « Un réseau d’infrastructures fixes de transport et de distribution est d’ores et déjà utilisable, réseau dans lequel on peut également injecter et stocker sans difficulté sa version renouvelable bioGNV[4] » : Tels sont les arguments sur lesquels s’appuie France Nature Environnement[5] pour demander le remplacement des moteurs diesel par des blocs fonctionnement au GNV. Et ce, pour tous les types de véhicules qui exploitent le gazole ou ses dérivés : poids lourds, voitures particulières, cargos, navettes fluviales, locomotives et autorails, etc. Le soutien à la filière GNV est justifié par l’association parce que ce produit se présente comme un carburant de transition, en attendant qu’il puisse être définitivement remplacé par le bioGNV[6] issu de processus exemplaires de méthanisation.

Préconisations

Dans sa note de positionnement en faveur du GNV/bioGNV[7], FNE formule 5 propositions :
  • Annualiser la capacité maximale d’injection de biométhane
  • Etablir un tarif spécifique pour les sites de production de bioiméthane afin de les inciter à se tourner vers la valorisation par injection
  • Exonérer le bioGNV[8] de la TICPE ou a minima prendre en compte le caractère décarboné du bioGNV[9] pour calculer cette taxe sur ce produit
  • Mettre en place des aides à l’acquisition de véhicules GNV/bioGNV[10]
  • Pour tous les carburants, faire évoluer le bonus/malus en comptabilisant non seulement l’ensemble des émissions de GES mais aussi toutes les émissions polluantes ‘du puits/champ à la roue’.
Concernant le GNV, FNE milite pour un calcul qui prend en compte le taux de bioGNV[11] injecté dans le réseau de distribution.

Philippe SCHWOERER

Source : https://www.gaz-mobilite.fr/actus/france-nature-environnement-positionne-en-faveur-biognv-2208.html

Partager

Laisser un commentaire :