On a testé FlixVR, le service de réalité virtuelle qui sera bientôt proposé dans les autocars

20 Minutes 20 Minutes - il y a 9 mois

Le service FlixVR actuellement en test sur certains FlixBus. — FLIXBUS

La start-up FlixBus va proposer aux autocars de sa flotte des divertissements à base de réalité virtuelle, que «20 Minutes» a testés en avant-première.

Le rendez-vous est fixé au terminal Jules Verne à La Défense, pas vraiment l’endroit le plus glamour de la région parisienne. Dans les courants d’air de cette gare routière souterraine éclairée aux néons, les passagers emmitouflés attendent leur autocar. Quai n°1, se présente le FlixBus[1] de 11h à destination d’Amiens. La start-up allemande FlixBus est spécialisée dans les autocars longue distance et veut nous faire tester FlixVR, son futur service de voyage avec casque de réalité virtuelle[2].

« C’est un projet pilote en partenariat avec Inflight VR[3]. Il est actuellement en test dans sept bus américains qui disposent chacun de quatre casques VR », nous précise-t-on chez FlixBus. Inflight VR a déjà développé des solutions de divertissements en réalité virtuelle pour les compagnies aériennes, comme Iberia. Avec FlixBus, l’idée est de proposer un service VR gratuit pour les sièges situés à l’avant (les plus chers) et baptisés Panorama.

Un choix parmi 47 contenus

Nous prenons place à bord de notre car 100 % électrique qui veut préfigurer les voyages en car de demain. Un casque VR nous est remis avec un mode d’emploi clair et concis tenant sur un bristol au format A4. « Le conducteur remettra juste le casque aux passagers l’ayant réservé. Sa mission reste de se concentrer sur la sécurité et sur la route », explique Charles Mouton, responsable des opérations chez FlixBus. 

Le casque est un modèle autonome (il dispose de son propre écran et d’une batterie intégrée) de la marque chinoise Pico. Son écran à la résolution 3K offre accès à une sélection de 47 contenus. Culture, Sport, Jeux vidéo, Documentaires, et même Relaxation s’affichent dans le menu d’accueil. Nous lui associons notre casque audio. Notre FlixBus démarre et entame son trajet.

Premier malaise dans les virages

La sélection s’opère en déplaçant un petit curseur sur le type de contenu désiré. Pour cela, il suffit de bouger la tête et de caler le curseur en surimpression à l’écran sur la section désirée. Nous choisissions Documentaires.

Quasi instantanément s’ouvre un sous-menu qui déroule ses propositions. En cette fin de matinée froide et humide à Paris, un reportage sur le Machu Picchu pour démarrer notre voyage semble idéal.

Le casque dont la façade ne pèse que 260 g est agréable à porter. Les images sont belles et invitent à tourner la tête dans tous les sens pour les découvrir à 360°. On imagine le visage interloqué des autres passagers nous observant dodeliner. Mais le bus qui sort du quartier sinueux et semé de feux tricolores de la Défense s’arrête et redémarre sans cesse, créant un petit malaise.

Nous retirons le casque en attente d’une zone de circulation plus rectiligne. Les quais de Seine nous accueillent et nous lançons Big Buck Bunny, un dessin animé en images de synthèse qui devrait nous détendre.

Ici, pas de 360°. L’interface nous assoit dans une salle de cinéma virtuelle et l’on peut regarder le film en restant parfaitement immobile. Mais les nombreux stigmates des virages du départ demeurent et se manifestent par une bouffée de chaleur qui… crée de la buée sur les deux lentilles intérieures de notre casque ! Que nous devons retirer.

Quelques kilomètres plus loin, l’accès au Pont de Gennevilliers s’effectue en ligne droite. L’occasion de tester BasketHead. Ce jeu nous greffe un panier de basket devant le visage et nous devons essayer d’attraper les ballons pour marquer des points en bougeant la tête. Un peu comme si on voulait attraper des M & M’s avec la bouche.

Amusant, même si ce n’est pas la solution à notre mal des transports que la VR a réveillé. Même constat avec une partie d’échecs qui, pour immersive qu’elle soit, impose là encore de bouger la tête pour sélectionner les pièces que l’on souhaite déplacer. « Il faut faire quelques ajustements. Pour quelqu’un qui a l’habitude d’un casque, ça va aller, pour un novice, ça peut aller trop loin. Et on va simplifier le catalogue », explique Charles Mouton. L’A15 et ses abords semés de détritus de toutes sortes nous tend les bras. Notre estomac se dénoue. Un long-métrage semblerait approprié pour poursuivre jusqu’à notre destination finale. Manque de chance, FlixVR n’en propose pas. FixBus travaillerait actuellement à ce type de proposition -comme dans les avions- mais plutôt accessible depuis la tablette ou le smartphone de ses passagers.

Des contenus encore perfectibles

Heureux d’avoir joué les cobayes à travers ce pilote VR en autocar ? L’expérience est intéressante mais nécessite d’être davantage adaptée aux trajets. Notre état nauséeux durant une partie de notre voyage témoigne que la VR n’est pas à portée de tous les publics. Ce n’est sans doute pas pour rien qu’aux Etats-Unis, le service FlixVR est d’abord proposé sur des lignes longue distance, plutôt en ligne droite, qui convergent vers Las Vegas.

Les contenus que nous avons pu découvrir sont ludiques et intéressants. De la musique avec des concerts, par exemple, nous semblerait particulièrement propice pour se détendre. Voire des séances de médiation qui permettraient de déstresser et de trouver le sommeil sur un long trajet. On imagine bien les doux effets de pareille solution durant un voyage de nuit, par exemple. « On est très test & learn », explique la start-up qui veut multiplier les essais de VR dans ses bus et en tirer des enseignements avant de parfaitement les adapter aux attentes et de les déployer sur l’ensemble de son réseau.

Lancement de FlixVR en France ? Pas dans l’immédiat car selon Charles Mouton, responsable des opérations chez FlixBus, « il ne faut pas aller trop vite ». D’après nos informations, le service pourrait être lancé en 2020.

Christophe Séfrin 

Source : https://www.20minutes.fr/high-tech/2448743-20190218-teste-flixvr-service-realite-virtuelle-bientot-propose-autocars

Partager

Laisser un commentaire :