Les cars Macron ne tiennent pas la distance

L'Usine Nouvelle L'Usine Nouvelle - il y a 8 mois

FlixBus développe une ligne avec des bus électriques en France. © Flixbus

Si le nombre de voyageurs augmente régulièrement sur les lignes de cars longue-distance, le nombre d’opérateurs se réduit comme une peau de chagrin. Dernier épisode : Transdev est sur le point de céder Isilines et Eurolines à FlixBus.

Transdev est entré en négociations exclusives avec l’allemand FlixBus pour lui céder ses deux marques Eurolines et Isilines dédiées au transport longue-distance. Eurolines a des activités en France, aux Pays-Bas, en Belgique, en République Tchèque et en Espagne, avec un réseau de cars qui couvre 25 pays. Il ne restera bientôt plus que deux opérateurs en France. FlixBus et Ouibus, dont la SNCF a annoncé en novembre 2018 qu’elle allait céder cette activité déficitaire à BlaBlacar.

La loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques du 6 août 2015 avait libéralisé le transport régulier interurbain de voyageurs par autocar. On comptait bientôt cinq transporteurs de voyageurs sur ce créneau de la longue-distance. Mais la guerre des prix a ses limites et tout le monde perd de l’argent, y compris FlixBus, qui n’envisage d’arriver à l’équilibre au mieux fin 2019 et plus sûrement en 2020. Depuis 2015, Starshipper a déjà été avalé par Ouibus et Megabus par FlixBus. Il ne va donc rester que deux opérateurs en France.

La concurrence de Ouigo

Pourtant, selon l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer), au troisième trimestre 2018, 2,6 millions de voyageurs ont été transportés, soit une progression de 20 % par rapport à la même période, un an plus tôt et le chiffre d’affaires de l’activité atteint 40 millions d’euros (+17 %). Toutefois, la concurrence de Ouigo devient de plus en plus présente avec de nouvelles destinations, un temps de parcours et des prix low cost qui ne laissent plus beaucoup de marges aux autocars…

Aujourd’hui, le leader du marché, l’allemand FlixBus, va renforcer ses positions en France, alors qu’il est devenu le numéro 1 mondial en ouvrant des lignes en 2018 aux Etats-Unis, en Bulgarie et en Biélorussie. En 2018, l’opérateur a enregistré une hausse de 40% de sa fréquentation en France avec une offre qui a augmenté dans les mêmes proportions.

Quant à Transdev, il souhaite dans son nouveau plan stratégique "recentrer ses moyens sur le transport public et sur le transport pour le compte des entreprises", explique Thierry Mallet, le PDG de Transdev Group dans un communiqué.

OLIVIER COGNASSE

Source : https://www.usinenouvelle.com/article/les-cars-macron-ne-tiennent-pas-la-distance.N813600

Partager

Laisser un commentaire :