Val-de-Marne : et vous, le téléphérique urbain, vous en pensez quoi ?

Le Parisien Le Parisien - il y a 2 mois

Visuel de l’arrivée du Câble A-Téléval à la station Pointe-du-Lac à Créteil. Ile-de-France Mobilités

Ce lundi démarre l’enquête publique destinée à recueillir les avis sur le projet de Câble A-Téléval, qui permettra de relier Créteil à Villeneuve-Saint-Georges.

Il aura fallu plus de dix ans, avant d’arriver à cette étape, cruciale pour un projet. Ce lundi, c’est le top départ de l’enquête publique sur le Câble A-Téléval, pour présenter le projet et recueillir les avis des habitants et des acteurs du territoire. Ce premier téléphérique urbain, désormais porté par Ile-de-France mobilités, de 120 millions d’euros, selon les estimations, permettra de relier Villeneuve-Saint-Georges à Créteil, soit 4,5 km en 17 minutes.

D’où vient ce projet ? Il faut remonter à 2008. A l’époque le maire (PG) de Limeil-Brévannes Joseph Rossignol a cette idée de métrocâble, pour désenclaver son futur éco-quartier des Temps Durables. Vice-président au conseil départemental, il obtient le soutien de la collectivité, qui bataillera ensuite au niveau régional.

Une prouesse technique ? C’est le premier téléphérique urbain qui pourrait ainsi voir le jour en Ile-de-France. Seule solution envisagée pour franchir voies ferrées, autoroutes et lignes à haute tension qui rendent impossible toute autre type de transport. La ligne est destinée à désenclaver tout un bassin mal desservi de 20 000 habitants et 6 000 emplois. Cinq stations ponctuent le tracé. Les cabines de 10 places doivent passer toutes les 30 secondes, à une vitesse de 22 km/h, à 40 m de haut. Entre 6 000 et 14 000 voyageurs sont attendus par jour. Le Câble A favorisant « l’intermodalité », avec des connexions au réseau de bus, métro, train…

Quand sera-t-il lancé ? Trente jours après la fin de l’enquête publique, la commission d’enquête établit un rapport et rend son avis sur le projet. S’il est favorable, le préfet émet sur cette base, une déclaration d’utilité publique, au plus tard un an après la fin de l’enquête, dernière étape réglementaire avant le lancement des travaux. De sorte que le lancement du téléphérique, initialement prévu à l’horizon 2021, ne sera pas possible à cette date. Alors 2022-2023 ? Ile-de-France mobilités a décidé de ne plus donner de calendrier précis, fonction de l’appel d’offres pour les travaux et des réponses.

Des réticences ? La consultation publique a montré un engouement pour ce mode de transport. Mais à Créteil, des oppositions se sont fait jour. D’abord les habitants du quartier des Sarrazins-sud, aux premières loges. Le collectif qui bataille depuis plus de deux ans, craint la proximité des télécabines et réclame un autre tracé, relayé depuis par la municipalité de Créteil. Laquelle s’inquiète également du terminus du Téléval qui vient « s’accrocher » au « Lien de ville », ce parvis qui relie les quartiers Sud. Les opposants au tracé s’appuient également sur les griefs soulevés par l’Autorité environnementale dans son rapport.

Comment s’exprimer ? Les partisans, comme les opposants, ont jusqu’au 11 mai pour remplir les registres de la commission d’enquête, disponibles dans les différentes mairies des quatre villes concernées (Villeneuve-Saint-Georges, Limeil Brévannes, Valenton et Créteil). Ils peuvent aussi consulter le dossier en préfecture ou encore remplir un registre en ligne. Des permanences pour échanger avec les commissaires enquêteurs sont aussi prévues. La première se tient ce lundi, en mairie de Créteil, de 14 heures à 17 heures. Le collectif Vite le Téléval ! a annoncé sensibiliser les automobilistes et les usagers des bus, à l’angle des rues Albert-Garry et Pierre-Sémard à Limeil, ce lundi matin, mais aussi multiplier les actions, tout au long de l’enquête publique.

Agnès Vives

Source : www.leparisien.fr

Partager

Laisser un commentaire :