Le Mans : l'hydrogène, filière d'avenir aux premières Assises de l'automobile

France Bleu France Bleu - il y a 2 mois

La voiture Mission H24 devrait pouvoir courir sur le circuit des 24 heures du Mans en 2024 © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

En plein développement, la filière des véhicules à hydrogène était au cœur des discussions lors des premières Assises de l'automobile au Mans ce jeudi. Objectif : la développer aussi bien sur circuit que dans les transports en commun.

Concevoir une voiture à la fois performante et écologique, pour la course automobile comme les trajets du quotidien : c'est tout l'enjeu de la filière hydrogène, qui se développe ces dernières années. "Le système de générateur électrique hydrogène est totalement maîtrisé, rappelle François Granet de GreenGT Technologies, c'est avec ça que la Nasa a envoyé l'homme dans l'espace dès les années 1960 !"

Restait simplement à l'adapter à un moteur de voiture. _"On a besoin d'une bonbonne d'hydrogène, on récupère de l'oxygène dans l'atmosphère ou via un autre réservoir, précise-t-il. En combinant les deux, on fabrique de l'électricité, et on rejette de la vapeur d'eau"_. Le prototype de la voiture Mission H24, testée pour la première fois sur le circuit du Mans lors des Assises de l'automobile ce jeudi, doit ainsi être peaufiné pour participer aux 24 heures en 2024, lorsque la catégorie des véhicules à hydrogène verra le jour.

Une technologie écologique

En ne rejetant pas de CO2 mais seulement de l'eau, "que l'on peut boire" indique Bernard Niclot, consultant pour l'Automobile Club de l'Ouest, la voiture hydrogène a un avantage écologique évident. "En réservant une catégorie aux voitures à hydrogène lors des 24h du Mans en 2024, _ça permet aux constructeurs, industriels et scientifiques de se projeter vers une mobilité durable et dé-carbonée_", estime François Granet. 

Avec l'hydrogène, on ne produit pas d'émission de gaz à effet de serre, juste de l'eau qu'on peut boire.

Surtout, les performances sont similaires à celles des moteurs thermiques classiques. "Quand on recherche de la haute puissance et de l'endurance, le générateur électrique hydrogène est la technologie la plus adaptée, ajoute François Granet. _Ça donne les mêmes performances et endurance qu'un moteur à combustion_"

Des transports en commun à l'hydrogène

Au Mans, la technologie hydrogène est déjà en train de passer du circuit aux rues de la métropole, en lien avec l'ACO. "La voiture à hydrogène coche toutes les cases pour la mobilité : elle peut se ravitailler rapidement et elle a une bonne autonomie, indique Bernard Niclot. C'est un peu le graal, le seul frein étant le coût". Un premier bus à hydrogène doit être mis en place d'ici la fin de l'année 2019, et neuf autres doivent suivre dans les prochaines années. 

Une première station hydrogène va donc être créée dès cette année au Mans : "la production sera commune, précise Bernard Niclot. _On aura une pompe de distribution spécifique pour les bus, une autre accessible au grand public_", qui sera développée jusqu'en 2021. Objectif : faire du Mans un point central de la route de l'hydrogène dans les années à venir. "Pour passer du nord de la France ou Paris vers l'Ouest, Le Mans pourra faire office de point de ravitaillement", conclut Bernard Niclot. 

Morgane Heuclin-Reffait

Source : https://www.francebleu.fr/infos/transports/le-mans-l-hydrogene-filiere-d-avenir-pour-les-premieres-assises-de-l-automobile-1553784244

Partager

Laisser un commentaire :